Les partenaires au développement injecteront 30 milliards $ dans l’autosuffisance alimentaire de l’Afrique

0
513
champ de maïs
Les partenaires au développement ont promis d’investir 30 milliards $ dans l’indépendance alimentaire de l’Afrique au cours des 5 prochaines années.

La Banque africaine de développement (BAD) contribuera à hauteur de 10 milliards $. L’enveloppe permettra notamment de stimuler la production agricole pour réduire les importations de denrées alimentaires. 

Les partenaires au développement ont promis d’investir 30 milliards $ dans l’indépendance alimentaire de l’Afrique au cours des 5 prochaines années. L’annonce a été faite à la fin du Sommet Dakar 2 qui a porté sur le thème « Nourrir l’Afrique : souveraineté alimentaire et résilience ». On retrouve parmi les contributeurs, la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque islamique de développement (BID) qui fourniront respectivement 10 milliards $ et 5 milliards $. 

Lire aussi: La BAD investira 10 milliards $ pour éradiquer la faim en Afrique

Les fonds permettront d’améliorer la productivité agricole en Afrique pour faire de la région, le grenier du monde. La région produira suffisamment de nourriture pour satisfaire la demande de sa population et stopper les importations de denrées alimentaires. « Nous partons avec la détermination et la résolution de nourrir l’Afrique. Unis et bien coordonnés, nous atteindrons notre objectif : Une Afrique qui se nourrit enfin. Une Afrique qui se développe avec fierté » a déclaré le président du groupe de la BAD, Akinwumi Adesina. 

Au moins 10% des dépenses publiques désormais consacrées à l’agriculture

Les Etats africains se sont engagés lors du sommet à allouer au moins 10% de leurs dépenses publiques au financement de l’agriculture. Cette décision a été saluée par le Premier ministre sénégalais, Amadou Ba qui a qualifié le sommet de « succès retentissant »

« C’est un paradoxe que l’Afrique soit le plus grand continent mais aussi le plus dépendant. A partir de maintenant, il faut en finir avec la dépendance. L’Afrique doit consommer ce qu’elle produit et produire ce qu’elle consomme » a-t-il déclaré dans son discours de clôture. 

Lire aussi : L’Afrique perd environ 40% de ses récoltes chaque année (Macky Sall)

Le soutien de certains pays européens

Le sommet Dakar 2 a réuni 34 chefs d’Etat et de gouvernement, 70 ministres et plusieurs partenaires au développement. D’autres dirigeants et responsables étrangers y ont également participé. 

On retrouve parmi eux le président irlandais, Michael Higgins et la directrice générale néerlandaise de la coopération internationale, Kitty Van Den Heijden. Cette dernière a annoncé une enveloppe de 450 millions d’euros (488,90 millions $) supplémentaire de la part de son pays pour renforcer la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne au cours des 5 prochaines années. 

Les Pays-Bas injecteront également 30 millions $ dans l’African Emergency Food Production Facility. Il s’agit d’un mécanisme mis en place par la BAD pour fournir des semences certifiées et de l’engrais de qualité à 20 millions de petits agriculteurs en Afrique. Son objectif est d’aider ces derniers à produire rapidement 38 millions de tonnes de denrées alimentaires, augmentant ainsi la production alimentaire de 12 milliards $ en seulement 2 ans. En dehors des Pays-Bas et de l’Irlande, l’Afrique bénéficiera également du soutien du Canada et de l’Allemagne dans sa quête d’atteindre autosuffisance alimentaire.

Lire aussi : Il faudra 65 milliards $ par an pour produire suffisamment de nourriture pour la population africaine

Fidèle DJIMADJA