300 millions $ de la Banque mondiale pour promouvoir la formation professionnelle et l’entrepreneuriat au Bénin

0
858
Atou Seck, responsable des opérations de la Banque mondiale au Bénin

La Banque mondiale finance l’entrepreneuriat et la formation professionnelle au Bénin. La Banque a approuvé un financement de 300 millions $ de l’Association internationale de développement pour promouvoir l’entrepreneuriat dans le pays.

La Banque mondiale accorde 300 millions $ au Bénin pour financer le projet de formation professionnelle et d’entrepreneuriat pour l’emploi. Le projet est conçu pour aider les jeunes et les femmes à répondre aux besoins actuels et futurs du marché du travail.

Orienter 46 000 apprenants vers une formation professionnelle et former 2200 entrepreneurs

Le projet orientera 46 000 apprenants vers une formation professionnelle de meilleure qualité. Selon la Banque mondiale, le projet bénéficiera aux enseignants et aux responsables de l’enseignement professionnel. Grâce à un système de formation du personnel plus moderne, les enseignants verront leurs capacités renforcées et professionnalisées.

En ce qui concerne le volet entrepreneuriat, le projet prévoit de former et de financer 2200 entrepreneurs et entreprises. L’initiative bénéficiera au secteur privé et à tous les acteurs impliqués dans le système entrepreneurial au Bénin.

Un projet bénéfique pour l’économie béninoise

La Banque mondiale estime que le projet sera bénéfique pour l’économie béninoise. En effet, le programme produira des travailleurs mieux éduqués et plus qualifiés. Ils seront dotés de compétences adaptées aux besoins du marché du travail. « L’ambition du gouvernement est de faire de l’enseignement technique et la formation professionnelle un puissant moteur de transformation structurelle de l’économie ainsi que de créer un écosystème favorable à l’entreprenariat », a déclaré Romuald Wadagni, ministre de l’Économie et des Finances du Bénin.

Lire aussi : Bénin : la Banque Mondiale a fourni plus de 42 millions $ pour financer la riposte contre la Covid-19

Pour Atou Seck, responsable des opérations de la Banque mondiale au Bénin, l’accès à un emploi décent devient de plus en plus difficile pour les jeunes diplômés. La formation de ces jeunes est souvent en inadéquation avec les besoins du marché du travail. « L’investissement dans la formation professionnelle et l’entreprenariat peut permettre de trouver des solutions au chômage », a-t-il déclaré.

Au Bénin, les apprenants inscrits en formation technique et professionnelle ne représentaient que 3,8% du niveau de l’enseignement secondaire général en 2019-2020. Au niveau universitaire, les étudiants privilégient les formations en administration et gestion. Ces étudiants représentent près de 53% des inscriptions. Pour changer cette situation, le gouvernement béninois a élaboré la Stratégie de formation technique et professionnelle (2019-2030). Ce plan prévoit d’investir dans le développement des compétences des jeunes dans d’autres secteurs. Il s’agit notamment de l’agriculture, de l’industrie et de l’économie numérique.