Accord historique entre l’Éthiopie et le Somaliland : vers un nouvel accès à la mer

0
122
Illustration accord Éthiopie-Somaliland
L'Éthiopie et le Somaliland signent un accord historique pour sécuriser l'accès à la mer et diversifier les accès aux ports.

L’Éthiopie et le Somaliland, une région qui a proclamé son indépendance de la Somalie en 1991 ont récemment conclu un accord-cadre. Celui-ci est susceptible d’avoir des répercussions sur la Corne de l’Afrique. La présidence éthiopienne a indiqué que ce document « doit sécuriser l’accès à la mer et diversifier les accès aux ports ».

Accès à la mer

Depuis 1993 et l’indépendance de l’Erythrée, l’Éthiopie n’accède plus à la mer. Ces derniers mois, son Premier ministre, Abiy Ahmed, adoptait une rhétorique agressive sur cette question. Celui-ci a même évoqué une possible intervention armée, suscitant ainsi l’inquiétude de ses voisins.

Selon Addis-Abeba, il s’agit d’un « accord historique », ouvrant la voie à la concrétisation des aspirations de l’Éthiopie. Redwan Hussein, conseiller politique du Premier ministre éthiopien, a souligné que le document visait la construction d’une « base militaire éthiopienne, en location, sur la mer Rouge ». Certains évoquent un accès au port de Berbera, érigé par le Somaliland sur sa côte.

Lire aussi : 83,6 millions $ pour stimuler le commerce de l’électricité entre l’Éthiopie et Djibouti

Assurer une paix durable

Cette information survient dans un contexte de tension régionale. Le chef du gouvernement éthiopien a plusieurs fois adopté un langage agressif, exhortant les pays voisins de reprendre les discussions sur l’accès à la mer, rapporte RFI. L’objectif est de garantir une paix durable et d’éviter que les prochaines générations ne tombent pas dans le conflit.

Par ailleurs, des médias avaient relayé des conversations privées où Abiy Ahmed évoquait une possible action armée. Cela a provoqué de vives réactions de la part de plusieurs pays et obligeant Addis-Abeba a démenti toute intention guerrière.

Djibouti principale voie de transit

L’Éthiopie est privée d’accès à la mer depuis 30 ans et a choisi principalement Djibouti comme voie de transit pour ses marchandises. Toutefois, le coût annuel demeure élevé, atteignant même un milliard de dollars comme l’indiquent certains. Par conséquent, Addis-Abeba recherche depuis longtemps, la diversification de ses débouchés.

Lire aussi : Bolloré Transport & Logistics ouvrira une nouvelle base logistique en Côte d’Ivoire