Un accord entre le Fonds monétaire arabe et Afreximbank pour faciliter les paiements transfrontaliers

0
507
Paiement-transfrontalier
Le Fonds monétaire arabe et Afreximbank s'accordent pour relier les systèmes de paiements transfrontaliers du Moyen-Orient et d’Afrique.

Cet accord permettra de relier les systèmes de paiement transfrontalier de la région arabe et de l’Afrique. L’objectif est de parvenir à des transactions plus fluides entre les deux régions.

Le Fonds monétaire arabe (AMF) et la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) viennent de conclure un nouvel accord de coopération. Ce dernier favorisera l’interopérabilité entre BUNA, le système de paiement transfrontalier géré par l’AMF et le Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), détenu par Afreximbank.

Dans le cadre de l’accord, BUNA et PAPSS serviront de passerelles de paiement entre la région arabe et le continent africain. L’interopérabilité des deux systèmes permettra à leurs membres de traiter des paiements transfrontaliers rapides, rentables et sécurisés, dans plusieurs devises.

Lire aussi : MFS Africa rejoint le nouveau système de paiement transfrontalier africain

Une nouvelle avancée vers la mise en œuvre du PAPSS

Le PAPSS est une plateforme lancée par Afreximbank en septembre 2021. Elle vise à favoriser des paiements instantanés entre les États africains, dans leurs devises respectives. Le système pourrait devenir l’un des principaux éléments constitutifs de la Zone de libre-échange africaine (ZLECAf). Selon de récentes estimations, elle permettra au continent d’économiser plus de 5 milliards $ par an, en frais de transaction.

« Le protocole d’accord avec BUNA est une autre étape importante que PAPSS a enregistrée après son lancement commercial. Le monde arabe et l’Afrique ont une longue histoire de relations commerciales. Le partenariat PAPSS-BUNA facilitera davantage la croissance du commerce entre les deux régions », s’est réjoui Benedict Oramah, le président d’Afreximbank.

Lire aussi : Afrique : le nouveau système de paiement transfrontalier permettra d’économiser 5 milliards $ par an