L’Afrique a besoin d’une aide accrue pour faire face au changement climatique, à la dette et à l’insécurité alimentaire

0
485
Réchauffement climatique en Afrique
L’Afrique a besoin d'une aide extérieur pour faire face au changement climatique, la dette et la crise alimentaire.

L’Afrique connait un triple choc de l’augmentation de la dette, de l’insécurité alimentaire et des effets du changement climatique. Selon les ministres africains des finances le continent aura besoin d’une aide accrue des institutions internationales et des pays riches afin de faire face à ces crises.

Les ministres africains des finances estiment que le continent a besoin d’une aide accrue des institutions internationales et des pays riches pour faire face aux chocs auxquels il est confronté. Actuellement, l’Afrique connait un triple choc de l’augmentation de la dette, de la crise alimentaire et des effets du changement climatique. L’annonce a été faite samedi dernier à l’occasion des réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale à Washington.

Lire aussi : 58 millions de personnes font face à des crises alimentaires aiguës en Afrique de l’Ouest et centrale

L’Afrique face aux multiples crises

L’Afrique qui subissait déjà les perturbations de la pandémie de Covid-19, est confrontée aux défis imposés par la crise entre l’Ukraine et la Russie. La guerre entre ces deux pays a provoqué des turbulences sur les marchés financiers et une accélération de l’inflation qui a augmenté les prix des denrées alimentaires, indique Reuteurs. Le continent connait des phénomènes météorologiques extrêmes, notamment des sécheresses, des inondations et des cyclones, aggravés par le changement climatique. « Les pays africains sont de véritables victimes. Ils ne sont vraiment pas responsables de ces effets dévastateurs du changement climatique », a déclaré le ministre des finances des Comores, Mze Abdou Mohamed Chanfiou.

Lire aussi: Sahel : plusieurs pays seront touchés par l’insécurité alimentaire (rapport)

Manque de financement du Fonds pour la résilience et la viabilité du FMI

Selon les ministres africains, les mécanismes de financement du FMI, de la Banque mondiale et des institutions régionales sont insuffisants pour répondre aux crises. En 2022, le FMI a créé le Fonds pour la résilience et la viabilité (RST). L’objectif est de canaliser les réserves excédentaires de droits de tirage spéciaux du FMI des pays les plus riches vers les pays pauvres. Ce fonds devrait servir à fournir un financement concessionnel à long terme pour des besoins comme l’adaptation au changement climatique et la transition vers des sources d’énergie renouvelable. Au cours de leur rencontre, les ministres africains des finances ont exhorté les pays riches à honorer leurs promesses de financement du fonds fiduciaire. Selon la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, l’institution a déjà reçu 40 milliards $ de promesses de financement pour le RST.

Restructuration de la dette souveraine

En ce qui concerne la dette, les ministres africains des finances sollicitent une extension du cadre soutenu par le G20. Cette initiative est destinée à aider les pays à restructurer leur dette. Selon eux, la Zambie et le Ghana, ont fait défaut sur leur dette souveraine depuis le début de la pandémie. Ces deux pays n’ont pas encore réussi à restructurer leur dette malgré leur adhésion à l’initiative.

Par ailleurs, les ministres estiment que le continent a besoin de l’engagement des gouvernements africains. Le développement du secteur agricole africain permettra de stimuler la production vivrière et de réduire la vulnérabilité aux perturbations des importations.

Lire aussi : L’Allemagne fournit 40 millions € pour l’adaptation au changement climatique des pays à faible revenu en Afrique