Afrique : l’UNICEF alerte sur les conséquences des catastrophes climatiques sur les enfants

0
195
Illustration effets changement climatique sur les enfants
L'UNICEF appelle les gouvernements du monde à aborder les conséquences des catastrophes climatiques sur les enfants.

L’Organisation des Nations unies pour l’enfance et l’éducation (l’UNICEF), préoccupée par les effets négatifs et dramatiques des catastrophes liées au changement climatique sur les enfants, a révélé le week-end dernier, son rapport sur la question. Dans ce document, l’institution onusienne invite les gouvernements du monde à aborder cette situation lors de la prochaine COP sur le climat.

Selon l’expertise de l’institution, les catastrophes liées au changement climatique ont entraîné en six ans environ quarante-trois millions de déplacements d’enfants et la majorité a été déracinée. Les déplacements liés aux sécheresses, plus difficiles à surveiller et qui surviennent plus lentement, sont les principaux responsables de l’augmentation de ce chiffre alarmant.

Un million de déplacements internes dus à la sécheresse

« Notre rapport fait état d’un million de déplacements internes dus à la sécheresse. Et ce chiffre a été calculé dans des pays où nous disposons suffisamment de données. Mais la réalité est qu’il y a plus de déplacements lorsqu’il s’agit de sécheresse, de chaleur extrême. Nous devons nous préparer à mettre en place une nouvelle politique pour y faire face », a expliqué la spécialiste des migrations à l’UNICEF, Laura Healy. De plus, elle a précisé que cette enquête a contribué à l’identification des régions où il y a le plus de déplacements d’enfants avec des témoignages sur les traumatismes vécus après une catastrophe climatique.

Lire aussi : En Afrique, le risque de mourir d’une catastrophe climatique est 14 fois plus élevé chez la femme

Risques de stress mental ou physique

Les enfants sont confrontés à des risques de stress mental ou physique au lendemain d’une catastrophe. La destruction de leur maison et la dévastation de leur communauté justifient cette situation. En outre, la perte d’un être cher entraîne cette situation chez les enfants. Par ailleurs, la séparation des enfants de leurs parents ou de leur tuteur, les expose à des risques de traite, d’exploitation, d’abus et de violence.

Les enfants africains, premières victimes

Laura Healy a également précisé que cette situation perturbe leur éducation et l’accès aux soins de santé, les exposant à des risques accrus de maladies liées à l’absence de vaccinations. Selon la spécialiste, les enfants de l’Afrique sont les premières victimes de ces catastrophes naturelles. Notons que malgré leur vulnérabilité accrue, ils bénéficient seulement de 2 % des financements mondiaux de la lutte contre le changement climatique.

Lire aussi : Sénégal : lancement de la plateforme AWARE pour anticiper les catastrophes climatiques

Lire aussi : Déplacements massifs d’enfants au Soudan : une situation alarmante selon l’UNICEF