Afrique de l’Est : 20 millions de personnes ont besoin d’eau et de nourriture (UNICEF)

0
724
Trois saisons sèches consécutives avaient entraîné une grave pénurie d'eau en Afrique de l'Est.

L’insécurité alimentaire menace près de 20 millions de personnes en Afrique de l’Est. Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), une pénurie d’eau et de nourriture s’annonce dans plusieurs pays de cette région. 

20 millions de personnes au Kenya, en Éthiopie, en Somalie et en Erythrée ont besoin d’eau. Elles auront également besoin d’aide alimentaire au cours des six prochains mois, a indiqué l’UNICEF. 

« Beaucoup d’entre eux sont des enfants, qui courent un risque encore plus grand en raison de l’une des pires situations d’urgence d’origine climatique de ces 40 dernières années. La région ne peut pas faire face à une nouvelle catastrophe combinant Covid-19, conflit et changement climatique ». C’est ce qu’a déclaré le directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe, Mohamed Moustapha Malick Fall. 

Lire aussi : L’UNICEF recherche 255 millions $ pour lutter contre la malnutrition en Afrique

Plus de 5 millions d’enfants menacés de malnutrition

Il a expliqué que trois saisons sèches consécutives avaient entraîné une grave pénurie d’eau dans la région. Cette catastrophe a ravagé les cultures et tué le bétail. Elle a déplacé les populations en augmentant le risque de maladie et de malnutrition sévère. « À l’heure actuelle, près de 5,5 millions d’enfants dans ces quatre pays, sont menacés par la malnutrition aiguë et on estime à 1,4 million le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère. L’UNICEF craint que ce nombre n’augmente de 50 % si les pluies ne viennent pas dans les trois prochains mois ». 

Lire aussi: Éthiopie : 2,5 millions de personnes affectées par la sécheresse dans la région de Somali

Selon M. Fall, de nombreux enfants mourront si le monde ne s’unit pas pour faire face à cette situation. À en croire l’agence Xinhua, l’UNICEF a besoin d’un soutien financier d’urgence de 123 millions $ pour ces quatre pays. Cette somme permettra de couvrir les besoins vitaux des plus vulnérables jusqu’à la fin juin 2022.