Afrique de l’Ouest : la pollution à l’ammoniac augmente en raison de la combustion de la biomasse (NASA)

0
954
L’Afrique de l’Ouest est l’une des régions les plus touchées dans le monde. Cela est dû aux feux de brousses en grande majorité. Ces derniers augmentent le niveau d'ammoniac dans l'atmosphère.

La concentration d’ammoniac dans l’air a considérablement augmenté entre 2008 et 2018 en Afrique de l’Ouest. Cette augmentation semble être liée à la combustion de la biomasse, ainsi qu’à l’expansion et à l’intensification des pratiques agricoles. Ce sont les conclusions d’une nouvelle étude publiée par la National Aeronautics and Space Administration (NASA). 

Les taux annuels de concentrations d’ammoniac entre 2008 et 2018 étaient les plus élevés jamais enregistrés en Afrique de l’Ouest. Cette augmentation a principalement été observée dans les savanes d’Afrique du Nord-équatorial, au Nigéria et, dans une moindre mesure, sur la côte Sud.

Dans le cadre de son étude, la NASA a eu recours aux données satellitaires de 2008 à 2018, pour identifier les hausses et les baisses des densités de colonne verticale d’ammoniac (VCD). Ces dernières ont permis de mesurer directement la distribution et la concentration des gaz à travers le continent. 

Selon la NASA, l’Afrique de l’Ouest reste l’une des régions les plus touchées dans le monde. Or, « l’ammoniac dans l’air a un impact nocif sur la santé humaine, le climat et les écosystèmes », ont indiqué les chercheurs. 

Une augmentation due en grande partie aux feux de brousse 

En Afrique de l’Ouest, une grande partie de l’augmentation des VCD d’ammoniac correspond aux mois de fin de saison sèche (février et mars). Durant cette période, les incendies agricoles sont récurrents dans la région. Ces petits incendies peuvent contribuer de manière importante à l’augmentation des niveaux d’ammoniac dans l’atmosphère.

Les plus forts taux d’augmentation de la concentration d’ammoniac dans la région étaient auparavant associés à l’utilisation d’engrais. Cependant, l’étude a révélé que la majeure partie de ces augmentations se produisait avant le début de la saison de plantation. L’engrais n’est généralement pas appliqué en Afrique de l’Ouest avant le début de la saison de croissance (avril).

Le Nigéria et la région du Lac Victoria plus touchés

Les niveaux d’ammoniac dans l’atmosphère connaissent une augmentation annuelle de 6 % au Nigéria chaque année entre février et mars. Durant cette même période, on note une augmentation du monoxyde de carbone dans l’atmosphère, rapporte la NASA. L’étude relève également des points chauds dans la région du bassin du lac Victoria, les zones humides du Soudan du Sud, ainsi que dans la Région du Nil. 

Dans le bassin du lac Victoria, l’expansion de l’agriculture et l’utilisation d’engrais ont entraîné une augmentation de la concentration d’ammoniac au cours de la période d’étude. Une augmentation de l’application d’engrais sur les terres agricoles nouvelles et existantes a accru la pollution à l’ammoniac dans cette région. Dans la région du Nil, où des concentrations élevées d’ammoniac ont été aussi observées, l’augmentation des intrants agricoles est le plus grand facteur contributif, a montré l’étude. 

Une plus forte exposition à la menace dans les zones arides

Au Soudan du Sud, la zone humide de Sud est la seule région qui a montré une nette diminution de l’ammoniac au cours de la période d’étude. Elle a baissé de plus de 1,5 % par an pendant la période d’étude. Près de la moitié la région est inondée en permanence. L’autre moitié est une plaine inondable, qui peut ou non être inondée selon la pluviométrie.

Par ailleurs, les chercheurs ont découvert que pendant les années les plus sèches, les concentrations d’ammoniac augmentaient. Au fur et à mesure que le sol séchait, il émettait naturellement de l’ammoniac. Au cours des années les plus humides, les concentrations d’ammoniac étaient plus faibles. On peut déduire de ces observations que les régions les plus arides du continent sont les plus susceptibles d’enregistrer une hausse des émissions d’ammoniac. 

Lire aussi : Afrique subsaharienne : la pollution de l’air pourrait réduire l’espérance de vie de 5 ans