fbpx
26.3 C
Cotonou
lundi 6, février 2023

L’Afrique du Sud connaîtra une décennie de délestage si elle n’opte pas pour le gaz (Wärtsilä)

À lire absolument

Fidèle DJIMADJA
Journaliste de formation, spécialisé sur les questions de développement en Afrique. Écrivain, auteur de romans. Passionné du football.

Le gouvernement sud-africain doit investir au moins 6 milliards $ dans le développement du gaz pour régler définitivement ses pannes d’électricité. L’utilisation des énergies solaire et éolienne ne suffira pas à combler le déficit électrique dans les plus brefs délais.

L’Afrique du Sud connaîtra encore une décennie de délestage si elle n’opte pas pour le gaz, selon la société finlandaise Wärtsilä. D’après l’entreprise spécialisée dans la construction des centrales électriques, le plan élaboré par le gouvernement sud-africain pour stopper les coupures d’électricité dans le pays ne suffira pas à résoudre le problème. Dans sa stratégie actuelle, l’Afrique du Sud prévoit de développer les énergies solaire et éolienne. Elle produira également de l’hydrogène vert à partir de l’énergie solaire.

Le gouvernement recevra une enveloppe de 8 milliards $ des pays riches pour mettre en œuvre son plan de transition énergétique. La majeure partie des fonds servira à la fermeture des centrales à charbon. Le reste permettra de produire de l’énergie renouvelable pour remplacer celle fossile qui pollue l’environnement. Le plan ne prévoit cependant pas l’utilisation du gaz.

Lire aussi : La Banque mondiale fournira 497 millions $ pour la décarbonisation en Afrique du Sud

Il faudra entre 6 et 8 milliards $ pour développer les centrales à gaz

« Vous avez besoin du gaz » pour que le déploiement des énergies renouvelables fonctionne, a déclaré Wayne Glossop, un responsable chez Wärtsilä, cité par Money Web, à l’endroit des autorités sud-africaines. Pour compenser convenablement la perte qui sera générée par la fermeture des centrales à charbon, les autorités du pays doivent développer des centrales à gaz d’une capacité de 9 000 MW. Un tel projet leur coûtera entre 6 et 8 milliards $ selon Glossop.

Pour rappel, l’Afrique du Sud est confrontée depuis plusieurs mois à des délestages continus. La population a pratiquement vécu le mois de septembre dernier dans le noir. La société électrique publique, Eskom n’a fourni que la moitié de sa capacité de production pendant plusieurs semaines. Durant ce mois de septembre, les Sud-Africains ont connu plus de 10 heures de coupures par jour sur 25 jours.

Lire aussi : Les nations riches approuvent un financement de 8,5 milliards $ pour la transition énergétique en Afrique du Sud

Fidèle DJIMADJA

À la une

Fidèle DJIMADJA