La langue d’enseignement détermine les chances de réussite scolaire des filles africaines (étude)

0
848
Enseignement-filles-africaines
Des millions de filles en Afrique subsaharienne obtiennent de mauvais résultats en classe en raison de l’utilisation de langues étrangères.

Un nouveau rapport indique que l’enseignement en langues étrangères, notamment l’anglais, peut impacter négativement les résultats scolaires des filles d’Afrique subsaharienne.

Des millions d’élèves en Afrique subsaharienne obtiennent de mauvais résultats en classe en raison de l’utilisation de langues étrangères. La situation touche plus particulièrement les filles, selon un nouveau rapport publié dans Science Daily.

Le document s’appuie sur des études menées au Rwanda, en Tanzanie, au Ghana, au Kenya, en Éthiopie, en Somalie, en Sierra Leone et en Égypte. Selon les auteurs, de nombreux enfants manquent de compétences de base en anglais dans ces régions, ce qui a un impact important sur leur apprentissage. L’anglais n’est souvent pas pratiqué ou renforcé en dehors de l’école et les enseignants sont également limités par la langue.

Des critiques similaires peuvent également être faites à propos du français et d’autres langues dominantes, qui sont aussi largement utilisées en Afrique.

Les filles plus impactées que les garçons

Les chercheurs estiment que l’utilisation d’une langue étrangère accroît les défis et les obstacles existants à l’éducation des filles. Par exemple, les filles peuvent avoir plus de difficultés que les garçons car, dans les familles, la charge des tâches ménagères leur incombe souvent.  Elles sont, de ce fait, privées de la possibilité d’améliorer leur anglais en dehors de l’école.

Lire aussi : Les chercheurs souhaitent développer les termes scientifiques dans les langues africaines

Les chercheurs affirment que l’amélioration de l’accès à l’éducation pour les filles est extrêmement importante, mais qu’il faut accorder plus d’attention à la qualité de l’enseignement. Continuer à dispenser tous les cours en anglais, y compris les mathématiques et les sciences, aux enfants qui ont du mal à comprendre, freinera les progrès individuels et aura des effets négatifs à long terme.

« Beaucoup de gens ignorent que dans de grandes parties de l’Afrique subsaharienne, les cours sont dispensés exclusivement en anglais aux enfants dont la première et parfois la deuxième langue sont différentes. Par conséquent, et dans tous les domaines, nos recherches révèlent que les enfants ont du mal à accéder à l’éducation », a déclaré Lizzi Milligan, auteure principale de l’étude.

Renforcer la maîtrise des langues étrangères ou recourir aux langues locales

Pour résoudre la situation, le rapport suggère que plus d’efforts doivent être fournis pour accroître les compétences des enseignants en anglais et dans les autres langues. Cela aura un effet de retombée positif sur les élèves.

À plus long terme, ils suggèrent que les pays devraient réévaluer les décisions historiques ayant donné lieu à l’utilisation de ces langues. Les chercheurs entendent prochainement explorer l’impact de la langue d’enseignement sur d’autres priorités en matière d’égalité des sexes, telles que l’autonomisation des femmes et l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles.

Lire aussi : Scolariser les enfants dans la langue qu’ils comprennent serait plus bénéfique