Afrique Subsaharienne : les envois de fonds enregistrent une croissance de 6,2 % en 2021 (Banque Mondiale)

0
545
Michal Rutkowski, directeur mondial de la Banque mondiale

Les envois de fonds vers les pays pauvres devraient avoir augmenté de 7,3 % pour atteindre 589 milliards de dollars en 2021, selon la Banque mondiale.

Pour la deuxième année consécutive, les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire devraient dépasser la somme des investissements directs étrangers (IDE) et de l’aide publique au développement (APD). En Amérique latine et dans les Caraïbes, la croissance a été exceptionnellement forte en raison de la reprise économique aux États-Unis.

Les envois de fonds vers l’Afrique subsaharienne ont renoué avec la croissance en 2021, augmentant de 6,2 % pour atteindre 45 milliards $. Le Nigéria est le premier bénéficiaire de la région. Il connaît un rebond modéré des envois de fonds, en partie grâce à l’influence croissante des politiques destinées à canaliser les envois par le biais du système bancaire. 

En 2022, les envois de fonds vers le continent africain devraient augmenter de 5,5 % en raison de la poursuite de la reprise économique en Europe et aux États-Unis. Les coûts des envois ont atteint en moyenne 8 % au premier trimestre de 2021, contre 8,9 % il y a un an. Selon l’institution bancaire, les coûts sont élevés en raison des faibles quantités de flux formels et de l’utilisation des taux de change du marché noir. 

« Les flux d’envois de fonds des migrants ont largement complété les programmes gouvernementaux de transfert d’argent pour soutenir les familles souffrant de difficultés économiques pendant la crise du COVID-19 ». C’est ce qu’a déclaré Michal Rutkowski, directeur mondial de la Banque mondiale pour la protection sociale et l’emploi. Il a ajouté que faciliter le flux des envois de fonds pour soulager les budgets tendus des ménages devrait être un élément clé des politiques gouvernementales.