Afrique : un nouveau financement aidera les agriculteurs dans l’adaptation au changement climatique

0
803
Akinwumi Adesina, président de la BAD

Un mécanisme de financement pour l’alimentation et l’agriculture en Afrique vient d’être lancé. Il bénéficie du soutien des gouvernements africains et changera la donne pour les petits agriculteurs africains, victimes des effets néfastes du changement climatique.

Dénommé « Mission 1 pour 200 », le nouveau mécanisme vise à accroître l’accès à un régime alimentaire abordable et nutritif pour les populations africaines exposées à l’insécurité alimentaire. Il contribuera à fournir des technologies résilientes au climat à près de 40 millions d’agriculteurs, à travers le continent.

La facilité, mise en place par la Banque africaine de développement (BAD), entend mobiliser 1 milliard $ d’ici 2025. Ces fonds permettront de nourrir près de 200 millions d’Africains. « Cette installation nous permettra en fait de produire 100 millions de tonnes métriques de nourriture. Cette quantité est suffisante pour nourrir 200 millions d’Africains. Elle nous permettra de réduire la faim en Afrique de 80 % », a déclaré Akinwumi Adesina, le président de la BAD.

Des résultats prometteurs au vu des programmes existants

Depuis le lancement de sa stratégie « Nourrir l’Afrique », la BAD a amélioré l’accès à des technologies avancées pour près de 70 millions d’agriculteurs. Dans le cadre de son programme phare, Technologies for African Agricultural Transformation (TAAT), quelques 11 millions d’agriculteurs ont reçu des technologies agricoles éprouvées en moins de trois ans.

Grâce aux TAAT, des variétés de blé résistantes à la chaleur poussent sur 1,8 millions d’hectares, répartis entre huit pays. Les TAAT ont également augmenté la production alimentaire du continent, de 100 millions de tonnes supplémentaires par an. « Les solutions existent, mais elles n’atteignent pas les agriculteurs à grande échelle. Notre vision est de mobiliser 1 milliard $ pour atteindre 200 millions d’agriculteurs supplémentaires. Cela les aidera à s’adapter au changement climatique », a déclaré Beth Dunford, vice-présidente en charge de l’agriculture de la BAD.

Lire aussi : Afrique : la production alimentaire a permis d’économiser 814 millions $ d’importations alimentaires