L’Allemagne souhaite collaborer avec le Sénégal sur des projets gaziers (Olaf Scholz)

0
633
Allemagne-sénégal-gaz
L’Allemagne veut poursuivre sa collaboration avec le Sénégal, notamment dans le secteur énergétique et gazier.

Le chancelier fédéral allemand, Olaf Scholz, a annoncé un renforcement des liens diplomatiques entre le Sénégal et son pays. Des projets énergétiques, principalement gaziers, seraient en cours de discussion entre les deux parties.

L’Allemagne envisage de renforcer sa collaboration avec le Sénégal sur des projets énergétiques, notamment gaziers. L’engagement a été pris dimanche par le chancelier fédéral allemand Olaf Scholz, en tournée dans le pays ouest-africain.  Cette annonce intervient dans un contexte marqué par la crise ukrainienne et son impact sur les prix de l’énergie.

Comme la plupart des pays européens, l’Allemagne cherche à réduire sa dépendance au gaz russe. Le Sénégal figure sur la liste des fournisseurs potentiels de gaz du paysa déclaré Olaf Scholz. Des discussions sont en cours entre les deux parties quant à l’extraction et à l’exploitation de la ressource. « C’est une question qui mérite d’être approfondie » a indiqué le chancelier allemand lors d’une conférence de presse.

Lire aussi : L’UE veut se tourner vers l’Afrique pour réduire sa dépendance au gaz russe

De son côté, le président sénégalais Macky Sall a déclaré que le pays est prêt à travailler pour approvisionner le marché européen en gaz.  Un objectif de production de 2,5 millions de tonnes a été fixé pour l’année prochaine et 10 millions de tonnes d’ici 2030. L’exploration gazière et le financement des projets font partie des sujets sur la table de négociation. «  Tout cela est ouvert, et nous sommes désireux de travailler avec l’Allemagne dans ce contexte », a déclaré Macky Sall.

Pour rappel, le Sénégal détient une part importante des réserves du champ gazier Grande Tortue Ahmeyim (GTA). Celles-ci sont estimées à près de 1 400 milliards de mètres cube de gaz, répartis entre le pays et son voisin, la Mauritanie. Un projet en cours devrait permettre l’extraction des premiers mètres cube de gaz dès 2023.

Lire aussi : L’Algérie n’a pas assez de gaz pour satisfaire la demande croissante de l’Europe