Un groupe d’assureurs s’engage à ne pas couvrir la réalisation du projet d’oléoduc est-africain

0
897
StopEACOP
Sept assureurs se sont désengagés publiquement du Projet d’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP).

Un groupe d’assureurs, désormais au nombre de sept, ont indiqué qu’ils ne couvriront pas la réalisation du projet de pipeline est-africain. Cette décision vient en réponse aux critiques sur les conséquences environnementales et sociales du projet.

Munich Re et Allianz, deux des plus grands assureurs mondiaux, ne couvriront pas le Projet d’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP). Ils rejoignent un groupe de cinq assureurs qui s’étaient précédemment opposés à la réalisation du projet.

Un projet controversé

Cette décision fait suite aux préoccupations environnementales et sociales en rapport avec le projet. Une campagne intitulée #StopEACOP a été lancée par une alliance mondiale d’organisations environnementales et de défense des droits humains.

Elles dénoncent notamment le fait que le projet traversera la région du bassin du lac Victoria, le plus grand lac d’Afrique. Cela pourrait affecter l’approvisionnement en eau de plus de 40 millions de personnes et porter atteinte à l’écosystème de toute la région. Par ailleurs, au moins 100 000 personnes sont actuellement privées de leurs terres, dans le cadre des travaux, sans réel dédommagement.

Lire aussi : Wah Seong décroche un contrat de 254 millions $ pour l’isolation thermique de l’EACOP

L’opposition des principaux assureurs et investisseurs

Malgré le soutien des gouvernements ougandais et tanzanien, qui ont signé des accords avec Total et la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC), le pipeline s’est heurté à une opposition farouche de la part de la communauté environnementale et des investisseurs.

À l’heure actuelle, sept principaux assureurs, ainsi que 15 banques, ont refusé de soutenir le pipeline. On retrouve notamment de grands noms des domaines tels qu’AXA, Hannover Re, Zurich, SCOR et Swiss Re.

Un projet de grande envergure

Destiné au transport de pétrole brut, l’EACOP devrait devenir le plus long pipeline chauffé au monde. Il reliera les champs pétroliers ougandais au port de Tanga en Tanzanie, soit plus de 1 440 km de long.

Plus tôt cette année, le groupe TotalEnergies annonçait la signature d’un accord d’investissement de 10 milliards $ avec la Tanzanie et l’Ouganda. L’objectif est de stimuler la production pétrolière en Ouganda et d’accélérer la mise en œuvre de l’EACOP.

Lire aussi : Procès contre Total en Ouganda : la Cour de cassation française tranche en faveur des ONG