Au Kenya, des toilettes produisent de l’énergie renouvelable

0
78
Au Kenya, précisément à Kibera, des toilettes écologiques produisent de l’énergie renouvelable.

À l’occasion de la récente Journée mondiale des toilettes, l’Agence Française de Développement (AFD) a mis en lumière les bio-centres de Kibera. Inaugurées en novembre 2022, ces installations transforment les déchets en biogaz, offrant une solution intégrée aux défis d’assainissement et d’énergie dans une région où plus de 70 % de la population manque d’accès à des services sanitaires sûrs.

Plus de 10 millions de personnes vivent dans des quartiers informels au Kenya, dont 3 millions à Nairobi. Face à ce défi, deux bio-centres ont été mis en place à Kibera, le plus grand quartier informel d’Afrique de l’Est, en partenariat avec le gouvernement kenyan, l’ONG Umande Trust, et Athi Water Works. Ces installations multifonctions offrent des toilettes séparées pour hommes et femmes. Ses déchets organiques sont transformés en biogaz par des digesteurs en sous-sol.

Des bio-centres aux fonctions multiples

Un minimum d’eau est utilisé, seulement un litre par cycle, tandis que le biogaz alimente une cuisine au rez-de-chaussée. À un coût abordable de 5 shillings (4 centimes d’euro) par utilisation, ces bio-centres sont un véritable soutien pour la communauté, indique Francis Omondi, secrétaire de l’association gérant ces installations.

Ces bio-centres ne se limitent pas à l’assainissement. Ils disposent également d’une salle commune au premier étage, utilisée par les autorités du quartier pour des réunions ou des événements. L’ambassadeur de France au Kenya, Arnaud Suquet, a salué cette initiative, soulignant l’accès non seulement à des toilettes mais aussi à une source continue d’énergie renouvelable.

Lire aussi : Mobilité verte : Uber déploie des motos électriques au Kenya

Un soutien financier continu de l’AFD

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus large financée par l’Agence Française de Développement (AFD). L’AFD, engagée aux côtés du gouvernement kenyan, a investi 100 millions d’euros dans l’amélioration de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement à Nairobi, dont 600 000 euros dédiés aux bio-centres. L’AFD a également soutenu l’ONG Sanergy avec une subvention d’un million d’euros, contribuant ainsi à la collecte sûre des déchets dans les quartiers informels.

Cette approche intégrée démontre l’importance de couvrir quasi systématiquement les quartiers informels, les plus touchés par le déficit de services, selon Bertrand Willocquet, directeur de l’AFD au Kenya. Une solution complète et durable qui promet d’améliorer la vie quotidienne de milliers de personnes à Kibera.

Lire aussi : Bolt introduit une nouvelle flotte de véhicules électriques au Kenya.