La BAD valide un financement de 150 millions $ pour un grand projet routier au Kenya

0
688
Autoroutes
La BAD accordera 150 millions $ pour construire une autoroute devant faciliter le transport et le commerce entre le Kenya et ses voisins.

Une autoroute à quatre voies sera construite pour relier les villes de Limuru et de Mau Summit. Le trajet Rironi-Naivasha sera quant à lui réhabilité et entretenu sur une période de 30 ans.

La Banque africaine de développement (BAD) fournira un financement de 150 millions $ au Kenya. Ces fonds seront investis dans un important projet routier devant faciliter le commerce intérieur et sous-régional. Une partie sera consacrée à la construction d’une autoroute à quatre voies, longue de 175 km, de Rironi (Limuru) à Mau Summit. Le reste permettra de réhabiliter et d’entretenir le trajet à double voie de Rironi-Naivasha, long de 57,8 km.

Les deux autoroutes traversent les régions les plus densément peuplées du pays. Elles garantiront donc un accès plus facile aux comtés de Nakuru et de Kiambu, aux principales zones agricoles, aux réserves fauniques, aux centres touristiques et à la capitale. Elles permettront aussi de renforcer les échanges commerciaux, aussi bien au plan local que régional. Ces deux routes font, en effet, partie du corridor Nord, le couloir de transport et de commerce le plus fréquenté en Afrique de l’Est.

Lire aussi : Kenya : La BAD participe au financement de l’autoroute Nairobi-Nakuru à hauteur de 150 millions $

En vue d’une meilleure intégration régionale et commerciale

Le présent projet routier s’inscrit dans le cadre du renforcement des échanges commerciaux entre le Kenya et ses voisins. Il s’aligne sur la Vision 2030 des autorités kényanes dont l’un des objectifs est de soutenir l’industrialisation par le développement des infrastructures, notamment routières. Il répond également à 3 des priorités du High 5 de la BAD : « Intégrer l’Afrique, industrialiser l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations africaines ».

D’après les autorités, 1500 emplois seront créés durant la phase de construction desdites routes. 200 autres seront générés par le projet lors de l’exploitation des infrastructures. 40% de la main d’œuvre et des matériaux à utiliser seront d’origine locale.

Lire aussi : L’autoroute Abidjan-Lagos desservira plus de 40 millions de personnes, selon les autorités nigérianes

Fidèle DJIMADJA