La BAD sollicite le soutien des États-Unis pour son plan alimentaire d’urgence de 1,5 milliard $

0
619
President-BAD
Le président de la BAD a plaidé pour un soutien des États-Unis au programme de production alimentaire d’urgence lancé par l’institution.

Le programme de la Banque africaine de développement (BAD) est axé sur la fourniture de semences certifiées de variétés adaptées au climat à 20 millions d’agriculteurs africains.

Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, a plaidé mercredi pour un soutien des États-Unis au plan de production alimentaire d’urgence lancé par l’institution. Ce programme, d’une valeur de 1,5 milliard $, vise à éviter une crise alimentaire imminente en Afrique causée par le conflit ukrainien.

Le chef de la Banque et un groupe de témoins ont témoigné de l’insécurité alimentaire mondiale et des effets persistants de la pandémie de Covid-19 devant le sous-comité du Sénat américain sur les programmes d’État, les opérations étrangères et les programmes connexes.

Lire aussi : La BAD entend consacrer 1 milliard $ à la lutte contre la hausse des prix des engrais

Un objectif de 38 millions de tonnes de denrées essentielles

 S’exprimant en direct par vidéoconférence depuis le Ghana, le chef de la BAD a déclaré que le plan de production alimentaire d’urgence en Afrique proposé entraînerait la production rapide de 38 millions de tonnes de nourriture à travers l’Afrique, au cours des deux prochaines années. « La Banque africaine de développement, avec votre soutien, est prête à relever ce nouveau défi et d’autres de front », a-t-il déclaré.

Le plan permettra de fournir des semences certifiées de variétés adaptées au climat à 20 millions d’agriculteurs africains. Avec la perturbation des approvisionnements alimentaires résultant de la guerre russo-ukrainienne, l’Afrique fait face à une pénurie d’au moins 30 millions de tonnes de nourriture, en particulier le blé, le maïs et le soja importés des deux pays.

Notons que la Banque prévoit d’investir 1,3 milliard $, à son niveau, dans la mise en œuvre du plan. L’institution attend des États-Unis le solde manquant pour compléter le financement. « Avec le soutien des États-Unis pour réduire le déficit de financement de 200 millions $, nous pouvons assurer le succès du Plan de production alimentaire d’urgence en Afrique », a déclaré Akinwumi Adesina.

Lire aussi : Niger : La BAD débloque 150 millions $ pour soutenir les secteurs du transport et de l’agroalimentaire