La BAD accorde 20 millions $ à Madagascar pour renforcer sa sécurité alimentaire

0
609
Riz-malgache
La Banque africaine de développement octroiera 20,20 millions $ à Madagascar pour accroître sa production de céréales et d’oléagineux.

L’accord de financement a été approuvé par le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) ce 15 juillet 2022 à Abidjan.

La BAD octroiera 20,20 millions $ à Madagascar pour accroître sa production de céréales et d’oléagineux. L’objectif est d’aider le pays à renforcer sa sécurité alimentaire, face à l’impact de la crise russo-ukrainienne.

Le projet permettra la production de 7 540 tonnes de semences améliorées, qui seront mises à la disposition de plus de 139 000 producteurs. Il fournira en outre 2 485 tonnes de semences certifiées et 21 830 tonnes d’engrais.

Lire aussi : La BAD prête 63 millions € au Kenya pour produire deux millions de tonnes de céréales et d’oléagineux

À long terme, l’initiative permettra d’améliorer la gouvernance et la durabilité en matière de production agricole, estime la BAD. Il vise à améliorer l’accès aux intrants, aux services agricoles et aux marchés pour les petits producteurs. « Le projet couvrira quatre filières agricoles : le riz, premier aliment de base des populations malagasy ; le blé qui sera transformé en farine pour la consommation humaine ; le soja et l’huile pour la fabrication d’huile alimentaire et de tourteau pour bétail », a expliqué Adam Amoumoun, responsable-pays du Groupe de la Banque africaine de développement à Madagascar.

L’enveloppe est composée d’un don de 15,77 millions $ du Fonds africain de développement. Les 4,43 millions $ restants constituent un prêt de la Facilité d’appui à la transition, un mécanisme de financement rapide du Groupe de la Banque.

À noter que ce financement s’inscrit dans le cadre de la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard $, approuvée le 20 mai dernier par la BAD.  Elle vise à fournir des semences agricoles à 20 millions de producteurs sur le continent. Les variétés concernées sont le blé, le riz, le maïs et le soja. L’objectif est de produire, au cours des deux prochaines années, 38 millions de tonnes supplémentaires de nourriture.

Lire aussi : La BAD approuve la facilité africaine de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard $