Maroc : 500 millions $ pour réduire les risques sanitaires liés au changement climatique

0
545
Renforcement-capital-humain
La Banque mondiale prête un montant de 500 millions $ au Maroc pour renforcer le capital humain et réduire les risques climatiques.

La Banque mondiale a approuvé un prêt de 500 millions $ pour soutenir le développement du capital humain au Maroc. Le financement permettra d’améliorer la protection contre les risques sanitaires et réduire la pauvreté.

La Banque mondiale prête 500 millions $ pour financer le renforcement du capital humain pour un Maroc résilient. Le financement de ce programme aidera à assurer la protection contre les risques sanitaires liés au changement climatique et réduire la pauvreté. Le soutien de la Banque mondiale priorisera les pauvres et les vulnérables.

Étendre l’assurance maladie pour les personnes vulnérables

Le programme a pour objectif de renforcer le système de santé en étendant l’assurance maladie, indique la Banque mondiale. Le projet prévoit d’accroître la disponibilité des agents de santé. Il renforcera les services de santé pour mieux répondre aux risques sanitaires liés au changement climatique. « En mettant l’accent sur les populations vulnérables au climat, ce financement permettra également d’universaliser progressivement un système d’allocations familiales adaptatives pour les enfants, d’étendre la couverture des retraites et d’améliorer la protection contre les événements climatiques extrêmes », indique l’institution.

Lire aussi : Le Maroc pourrait perdre la moitié de sa production de céréales en raison de la sécheresse

Le programme s’articule autour de trois axes, selon la Banque mondiale. Le premier a pour but d’aider à protéger les populations vulnérables au climat, contre les risques sanitaires liés au changement climatique. « Il s’agit notamment d’étendre la couverture du régime d’Assurance maladie obligatoire (AMO) à environ 11 millions de personnes et leurs ayants droit et de soutenir l’amélioration du ciblage du Régime d’assistance médicale (RAMED) », explique Jorge A. Coarasa, économiste principal de la Banque mondiale et chef de l’équipe de projet.

Le deuxième axe soutiendra l’harmonisation de tous les régimes de protection sociale axés sur les enfants. Selon Mahdi Barouni, co-chef de l’équipe de projet, cet axe « permettra de protéger le développement du capital humain pendant l’enfance et de mieux se prémunir contre le risque de pauvreté pendant la vieillesse ».

Renforcement du cadre institutionnel

Le troisième axe soutiendra le renforcement du cadre institutionnel et de coordination pour la gestion des catastrophes et des risques liés au climat. Il aidera le gouvernement à développer de nouveaux mécanismes pour protéger les agriculteurs contre les sécheresses et autres effets climatiques. Par ailleurs, ce volet fournira une aide pour faire face aux effets du retard des précipitations pendant la saison agricole 2021-2022. « Ce nouveau financement contribuera à accroître la résilience climatique du Maroc », a déclaré Javier Diaz Cassou, co-chef d’équipe du projet.

Lire aussi : Le Maroc dépensera 1 milliard $ pour atténuer les effets de la sécheresse sur le secteur agricole