fbpx
24.9 C
Cotonou
samedi 1, octobre 2022

Le Cameroun recevra 145 millions $ pour garantir sa sécurité alimentaire

À lire absolument

L’enveloppe sera fournie par deux partenaires financiers multilatéraux. Elle sera dédiée à la mise en œuvre de deux programmes d’urgence visant à endiguer la menace alimentaire.

Le Cameroun recevra des financements de 145,62 millions $ pour éviter la crise alimentaire qui touche actuellement les pays en développement. Deux lignes de crédit ont été mises en place à cet effet.

La première d’un montant de 65,06 millions $, a été accordée par la Banque africaine de développement (BAD). Elle sera dédiée à un programme de production agricole élaboré par le gouvernement camerounais. La seconde ligne de crédit de 80,55 millions $ a, quant à elle, été mise en place par la Banque mondiale. Elle sera consacrée au programme de lutte contre la crise alimentaire.

Lire aussi : La Chine prend des mesures pour faciliter le commerce des produits agricoles et alimentaires avec l’Afrique

Augmenter la production agricole de 30% par an

Les deux programmes permettront de faciliter l’achat des engrais et des pesticides dont les prix ont flambé à cause de la crise russo-ukrainienne. Ils favoriseront également l’augmentation de la production agricole nationale au cours des années à venir. Selon des experts de la Banque mondiale, le Cameroun est fortement exposé au risque d’une crise alimentaire sévère.

Cette dernière sera non seulement due à la hausse des prix, mais aussi à la croissance démographique et la dépendance alimentaire vis-à-vis de l’extérieur. « Si nous ne voulons pas courir vers une crise alimentaire dans les années 2024/2025, il faudra tout de suite augmenter la production agricole d’au moins 30% chaque année » a déclaré le ministre de l’Agriculture et du Développement local, Gabriel Mbairobe. La hausse envisagée permettra, selon le membre du gouvernement camerounais, d’atteindre l’autosuffisance alimentaire à moyen ou long terme.

Lire aussi : Les États-Unis fournissent 20 millions $ pour stimuler le secteur agricole en Ouganda

À la une