La BIDC décroche 134 millions $ pour soutenir les entreprises ouest-africaines

0
470
PME
La Banque populaire de Chine et la BAD fourniront une ligne de crédit de 80 millions $ et de 50 millions € à la BIDC.

Les PME et les coopératives de la sous-région seront les principaux bénéficiaires de ce financement. Les secteurs ciblés sont notamment l’agriculture, les infrastructures et les transports.

La Banque d’investissement de la CEDEAO (BIDC) a obtenu une ligne de crédit de 134,24 millions $. Les fonds proviennent de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Banque populaire de Chine (PBOC). Une partie de l’enveloppe sera fournie en devise américaine (80 millions $) et une autre en devise européenne (50 millions d’euros). 

Cette ligne de crédit sera utilisée pour soutenir les entreprises ouest-africaines. Elle permettra notamment d’améliorer leur productivité et leur rendement dans les secteurs du commerce, de l’agriculture, des infrastructures et des transports. Les petites et moyennes entreprises (PME), les coopératives d’entreprises locales et les exploitants agricoles ouest-africains seront les principaux bénéficiaires. 


Lire aussi : La BIDC débloque 250 millions $ pour financer des infrastructures dans cinq États membres de la CEDEAO

Le début d’une nouvelle coopération entre la BAD et la BIDC

La ligne de crédit obtenue par la BIDC est la première que lui fournit la BAD. Selon le directeur général adjoint de la BAD pour l’Afrique de l’Ouest, Joseph Ribeiro, les institutions financières comme la BIDC « jouent un rôle important dans la promotion du commerce et de l’intégration régionale ». Le prêteur panafricain s’attend « avec impatience »à « un partenariat encore plus solide (avec la BIDC, ndlr) dans un avenir proche ».

« Les institutions régionales comme la BIDC complètent les efforts de la Banque pour combler le déficit de financement du commerce en Afrique » a déclaré Lamin Drammeh, responsable du financement du commerce à la BAD. La banque d’investissement servira, a-t-il ajouté, de « canal efficace pour acheminer les fonds indispensables vers les pays et les secteurs mal desservis ».

Lire aussi : La BIDC prévoit d’investir 500 millions $ dans le développement de l’agro-industrie en Afrique

Fidèle DJIMADJA