BioNTech crée une usine transportable de vaccins à ARNm pour l’Afrique

0
765
Un prototype d'usine transportable de vaccins à ARNm de BioNTech

BioNTech vient d’annoncer la mise au point d’une usine transportable de production de vaccins à ARN messager (ARNm). L’installation sera déployée en Afrique, pour aider à combler les disparités liées à l’accès aux vaccins.

Le géant pharmaceutique BioNTech a dévoilé, ce mercredi, un module transportable de fabrication de vaccins à ARNm. Cette initiative vise à réduire les inégalités en matière d’accès aux vaccins pour les pays émergents.

Lire aussi : BioNTech et le tunisien InstaDeep développent un système d’alerte précoce pour les variants du SARS-COV-2

Le module, baptisé BioNTainer, est constitué d’une douzaine de conteneurs. Il peut être installé n’importe où et produire des doses de la même qualité que les usines principales. Quelques prérequis sont toutefois nécessaires pour le bon fonctionnement de l’installation. Ceux-ci comprennent un espace disponible d’environ 800 mètres carrés, une infrastructure et des laboratoires locaux de contrôle de la qualité.

L’usine est capable de produire jusqu’à 50 millions de doses par an. Outre les vaccins contre la Covid-19, BioNTainer produira également des vaccins contre le paludisme et la tuberculose. Ce sera en fonction des besoins du continent. Elle peut également produire une quantité limitée de doses de vaccin spécifiques. Ce sera pour répondre à une urgence sanitaire, comme la détection d’un nouveau variant.

Lire aussi: BioNTech entend produire des vaccins contre le paludisme et la tuberculose pour l’Afrique

« Avec ce système, les premiers tests de production peuvent être lancés le jour même sur place, sans grande modification du processus de production (…). Car celui-ci est toujours le même : produire l’ARN messager, le purifier et l’emballer dans des lipides », a déclaré Ugur Sahin, le co-fondateur de BioNTech, dans un entretien accordé au Monde.

Un prototype de six conteneurs a été présenté aujourd’hui aux présidents du Sénégal, du Ghana et du Rwanda. L’usine devrait démarrer la production de vaccins, environ 12 mois après la livraison des conteneurs, soit au second semestre de 2023.