fbpx
24.9 C
Cotonou
samedi 1, octobre 2022

Bolt va subventionner des voitures à faibles émissions pour les conducteurs nigérians

À lire absolument

La société de transport Bolt Technology a signé un nouvel accord en faveur des conducteurs nigérians. Ces derniers pourront participer à un plan de location-achat de 10 000 véhicules économes en énergie.

L’accord a été signé avec la société de livraison Metro Africa Express, et est soutenu par Yamaha. Il permet aux chauffeurs de la société de covoiturage de verser des paiements par tranche en fonction de leurs revenus. Ils disposent d’un délai de cinq ans pour rembourser le montant dû.

« D’une valeur d’environ 20 000 $ chacune, ces véhicules économes en énergie permettront de réduire considérablement les émissions de carbone » a déclaré Guy-Bertrand Njoya, le PDG de Metro Africa Express, dans une interview accordée à Bloomberg. Les conducteurs auront le choix entre des voitures électriques ou à essence, a-t-il ajouté. 

Pour rappel, Bolt est la principale entreprise de covoiturage au Nigeria, avec environ 35 000 conducteurs. Le nouvel accord pourrait lui permettre de recruter jusqu’à 10 000 nouveaux conducteurs au cours des cinq prochaines années, ont indiqué les responsables de l’entreprise.

Une alternative aux véhicules à essence

Cet accord intervient alors que le Nigeria envisage de réduire les subventions à l’essence, d’ici le second semestre de 2022. Cette décision pourrait multiplier les coûts de l’essence par deux. Le Nigéria a l’un des prix du carburant les plus bas au monde, soit environ 0,40 $ le litre. Ce prix est maintenu bas par le gouvernement, à l’aide de subventions pour limiter les coûts du pétrole.

Metro Africa Express, également connu sous le nom de MAX, a mis en place des bornes de recharge dans les villes de Lagos, Ibadan et Akure, toutes situées dans le sud du Nigeria. Les conducteurs de ses véhicules réalisent « des économies de 15 % par rapport aux alternatives existantes », selon le PDG de la société. MAX a levé 7 millions $ en 2020 auprès d’investisseurs, dont Yamaha, et recherche des fonds supplémentaires pour répondre à la demande croissante.

Lire aussi : Bolt lève 600 millions € pour proposer son service de covoiturage en Afrique et en Europe

À la une