Burkina Faso : 108 millions $ de la Banque Mondiale pour lutter contre l’insécurité alimentaire

0
779
Maimouna Mbow Fam,représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso

Le gouvernement burkinabè a signé des accords de financement avec la Banque mondiale. Ces accords d’une valeur de 108 millions $ financeront le Programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest composante du Burkina Faso (PRSA-BF). 

La Banque mondiale a apporté un soutien financier de 108 millions $ au Burkina Faso pour lutter contre l’insécurité alimentaire. Ce financement entre dans le cadre du programme PRSA-BF qui sera mis en œuvre au Burkina Faso, au Mali, au Niger, et au Togo. 

Au Burkina Faso, le projet couvrira sept régions. Il s’agit des régions de l’Est, du Sahel, du Centre-nord, du Nord, de la Boucle du Mouhoun, du Centre-sud et du Centre-ouest. L’objectif du projet est d’accroître la préparation contre l’insécurité alimentaire. Il vise également l’amélioration de la résilience des systèmes alimentaires. 

« Cette signature des accords de financement dudit projet marque l’effectivité de l’engagement et de la portée que la Banque mondiale accorde à la question de sécurité alimentaire et nutritionnelle dans notre pays ». C’est ce qu’a déclaré Moussa Kaboré, le ministre burkinabé de l’agriculture.

Lire aussi : Afrique de l’Ouest : la Banque mondiale approuve 570 millions $ pour lutter contre l’insécurité alimentaire

Près de 4 millions de personnes seront impactées

D’après la représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina, Maimouna Mbow Fam, cette initiative dispose de trois éléments clé favorables à sa réussite. Premièrement, le PRSA adopte une approche intégrée de système alimentaire permettant de concevoir des interventions intersectorielles. Il permettra de générer des avantages et des synergies qui se renforcent mutuellement. Deuxièmement, le programme est élaboré et mis en œuvre conjointement par trois organisations régionales, chacune d’elles s’appropriant une zone d’intervention. Troisièmement, le programme intègre les leçons apprises tout en recherchant des complémentarités et des synergies avec les initiatives et projets en cours. Le PRSA privilégie les partenariats public-privé, et en promeut une gestion intégrée. 

Le programme bénéficiera à quatre millions de personnes. Il renforcera la gestion des risques inhérents aux systèmes alimentaires régionaux et améliorera la durabilité de la base de production dans les zones ciblées.