fbpx
28 C
Cotonou
lundi 6, février 2023

Burkina Faso : Les femmes enlevées par les djihadistes ont été libérées

À lire absolument

Fidèle DJIMADJA
Journaliste de formation, spécialisé sur les questions de développement en Afrique. Écrivain, auteur de romans. Passionné du football.

Une soixantaine de femmes ont été enlevées par des hommes armés les 12 et 13 janvier 2023 dans la province du Soum. Elles ont été retrouvées au cours d’une opération de contrôle routier. 

Les 66 femmes enlevées au nord du Burkina Faso ont été libérées par les forces armées le week-end dernier. Elles se faisaient transporter par leurs kidnappeurs dans un bus lorsque des agents de la sécurité intérieure les ont identifiées lors d’une opération de contrôle routier dans la commune de Tougouri. 

Lire aussi : Une cinquantaine de femmes ont été enlevées dans le nord du Burkina Faso

« C’est pendant qu’ils vérifiaient les identités des passagers d’un bus que les gendarmes ont été attirés par le nombre de femmes et ils se sont aperçus que c’étaient les disparues d’Arbinda » indiquent des sources consultées par RFI. Parmi les otages se trouvaient 39 enfants dont 4 nourrissons, selon l’Associated Press. Tous ont été conduits à Ouagadougou où ils ont été accueillis par les membres de la junte au pouvoir avant d’être libérés.

Arbinda, une localité sous blocus djihadiste

Des dizaines de femmes ont été kidnappées par des terroristes à Arbinda, dans la province du Soum au nord du Burkina Faso. Elles s’étaient rendues dans la brousse pour rechercher des feuilles et des fruits lorsque des hommes armés les ont attaquées. 

Un premier rapt a eu lieu le 12 janvier et un autre le lendemain. Certaines femmes ont réussi à s’échapper et à rentrer chez elles. Le premier bilan des autorités locales faisait état d’une cinquantaine de victimes. Le gouvernement a révélé plus tard qu’il y en avait une soixantaine. 

Arbinda est actuellement l’une des localités victimes de l’invasion terroriste au Burkina Faso. La région est sous blocus djihadiste depuis des années, empêchant les habitants de circuler librement. Les femmes sont, à ce jour, les cibles les plus vulnérables des groupes armés dans la localité. 

Lire aussi : Burkina Faso : Les sites d’exploitation artisanale d’or seront fermés dans la région du Centre-Est

Fidèle DJIMADJA

À la une

Fidèle DJIMADJA