Sénégal : Cicodev Afrique veut créer une taxe parafiscale sur les produits tabagiques

0
511
Tabagisme
Cicodev Afrique a lancé une campagne pour la création d’une taxe parafiscale sur les produits tabagiques, dédiée au financement de la santé.

Depuis quelques jours, Cicodev Afrique est en campagne au Sénégal. L’objectif de la campagne est de créer une taxe parafiscale sur les produits tabagiques.

À terme, l’Institut Panafricain pour la Citoyenneté, les consommateurs et le Développement (Cicodev Afrique) compte réorienter les fonds issus de cette taxe dans le traitement de plusieurs maladies. Amadou Kanouté, directeur exécutif de l’institut, a indiqué que les fonds serviront également à financer la lutte contre le tabagisme. La démarche novatrice de Cicodev Afrique est une solution au “ déficit constaté dans le financement des programmes de santé ” pour le tabagisme et les maladies non transmissibles. Le projet de loi des finances 2023 du Sénégal prévoit un budget de 242,4 milliards de francs CFA au secteur de la santé. Ce montant constitue seulement 4,7% du budget annuel de l’État alors que la déclaration d’Abuja recommande d’allouer 15% du budget étatique à la santé.

Lire aussi : 50 millions d’adolescents consomment du tabac dans le monde (rapport)

Des subventions insuffisantes pour lutter contre le tabagisme

Selon le directeur exécutif de l’institut panafricain, le ministère de la Santé n’alloue qu’un budget annuel de 25 millions à la lutte antitabac. Dans le même temps, 30% du budget du Ministère sont investis dans les maladies non transmissibles. L’hypertension artérielle, le cancer, le diabète, etc. Le consortium pour la recherche économique et sociale a mené une étude sur l’investissement dans la lutte contre le tabagisme au Sénégal en 2017. Somme toute, le tabagisme a coûté cette année-là 122 milliards de francs CFA au Sénégal contre des recettes fiscales de 24 milliards, soit un déficit de 98 milliards de francs. Mamadou Bamba Sagna, coordonnateur Afrique de la Campagne pour une jeunesse sans tabac, s’inscrit dans la même logique qu’Amadou Kanouté. Pour lui, la taxe parafiscale est un moyen de ‘’financement durable’’ de la lutte antitabac et des maladies non transmissibles. Il entend d’ailleurs que cette parafiscalité soit élargie à l’alcool et d’autres produits nuisibles à la santé.

Lire aussi : Malgré les efforts, 140 millions d’Africains s’adonnent encore au tabac (OMS)