Cinq pays africains projettent de doubler leur capacité d’énergie renouvelable d’ici 2030

0
205
Chambre africaine de l'énergie
Cinq pays Africains, dont le Maroc, prévoient de doubler la capacité d'énergie renouvelable en Afrique d'ici 2030.

Cinq pays, dont le Maroc, prévoient de doubler la capacité d’énergie renouvelable en Afrique d’ici 2030, faisant passer les 24 gigawatts actuels à une impressionnante estimation de 146,5 gigawatts.
Les projections de la Chambre africaine de l’énergie vont au-delà de 2030.  La Chambre africaine de l’énergie  envisage une multiplication par plus de 11 fois de la capacité d’énergie renouvelable sur le continent. On l’estime à 290 gigawatts d’ici 2035, puis à 360 gigawatts d’ici 2040. L’Afrique génère seulement 24 gigawatts d’énergie renouvelable, principalement tirés de l’énergie éolienne terrestre et solaire. Les projets d’hydrogène à partir de sources renouvelables en sont encore à leurs débuts, selon des experts spécialisés dans l’énergie.

Multiplication de la capacité des projets d’énergie



La Chambre africaine de l’énergie prévoit une multiplication de la capacité des projets d’énergie éolienne terrestre en Afrique à 59 gigawatts d’ici 2030. Quant à la capacité de l’énergie solaire, elle devrait atteindre les 65 gigawatts. Les projets d’hydrogène basés sur des sources renouvelables devraient atteindre 22,5 gigawatts. Cela représente 95 % de la capacité totale d’énergie renouvelable en Afrique d’ici 2030. Les sources d’énergie renouvelable supplémentaires, compléteront les ajouts prévus d’ici la fin de la décennie actuelle. Il s’agit notamment de l’hydroélectricité, la géothermie et l’énergie biomasse.

Lire aussi : Changements climatiques: Les progrès sont encore loin des objectifs


L’Égypte, le Maroc, la Mauritanie, l’Afrique du Sud et Djibouti sont identifiés comme les principaux moteurs de cette croissance. L’Égypte mène la marche avec une capacité dépassant les 130 gigawatts, provenant en grande partie de l’énergie solaire, éolienne terrestre et de l’hydrogène.

La Mauritanie se classe deuxième en termes de capacité planifiée pour les énergies renouvelables en Afrique, avec une capacité totale atteignant 70 gigawatts, répartie entre 13 gigawatts d’énergie solaire, 21 gigawatts d’énergie éolienne terrestre et 35 gigawatts d’hydrogène. Cependant, la plupart de ces capacités en sont encore aux stades de la planification ou des propositions, tout comme en Égypte.

Le Maroc occupe la troisième place parmi les cinq principaux pays candidats à la tête de la croissance de l’énergie renouvelable en Afrique d’ici 2030, avec des plans ambitieux consistant à ajouter une capacité totale de 65 gigawatts, répartie entre environ 20,5 gigawatts d’énergie solaire, 21 gigawatts d’énergie éolienne terrestre et environ 23 gigawatts de projets d’hydrogène.

L’Afrique du Sud se classe quatrième avec des capacités planifiées atteignant 52 gigawatts, dont 14,5 gigawatts proviennent de projets d’énergie solaire, 14,3 gigawatts d’énergie éolienne et environ 23,3 gigawatts d’hydrogène.

Djibouti, avec une population d’environ 1,1 million d’habitants en Afrique de l’Est, se positionne en cinquième place parmi les plus grands pays candidats à la tête de l’énergie renouvelable en Afrique d’ici 2030, avec des capacités planifiées atteignant 15,7 gigawatts. L’énergie solaire ne représente que 3,5 gigawatts de ces plans, tandis que l’énergie éolienne terrestre représente 7,2 gigawatts et l’hydrogène se situe aux environs de 5 gigawatts. 75 % des capacités du Maroc et de l’Afrique du Sud sont encore à l’étape de la planification ou des propositions, tout comme en Égypte et en Mauritanie, tandis que ce pourcentage atteint 95 % pour Djibouti.

Lire aussi : COP28 : le Kenya en tête de file vers l’énergie 100 % renouvelable grâce à la géothermie