Climat: 3 milliards de personnes seront exposées à des températures extrêmes d’ici 2070

0
1014
les effets du changement climatique
Le réchauffement climatique contraindra près de la moitié des humains à vivre dans des conditions climatiques extrêmes

Au moins 3 milliards de personnes pourraient se retrouver dans des conditions climatiques extrêmes, d’ici 2070. Plusieurs régions du monde enregistreront des températures comparables à celles des régions les plus chaudes du Sahara. Ce scénario est prédit dans une nouvelle étude intitulée « Future of the human climate niche ». Elle a été menée par des chercheurs issus de la Chine, des États-Unis et d’Europe.

Selon les chercheurs, la majorité des humains vivent dans une plage de température moyenne comprise entre 11°C et 15°C. Malgré le développement industriel, les gens vivaient, pour la plupart, dans ces conditions climatiques, depuis plusieurs milliers d’années. « Cette plage de température étonnamment constante représente probablement celle dont les humains ont besoin pour survivre et prospérer », a déclaré Marten Scheffer, auteur principal de l’étude.

« La bonne nouvelle est que ces impacts peuvent être considérablement réduits si l’humanité parvient à freiner le réchauffement climatique »

Tim Benton, co-auteur du rapport « Future of the human climate niche»

Cependant, le réchauffement climatique a entraîné une augmentation des températures de 1,1 °C depuis l’époque préindustrielle. Celle-ci devrait atteindre 1,5°C d’ici 20 ans, dans le meilleur des cas. « Chaque degré de réchauffement au-dessus des niveaux actuels exposera 1 milliard de personnes à des températures extrêmes », estiment les chercheurs.

La nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre

À l’heure actuelle, 0,8 % de la surface terrestre mondiale est exposée à des températures moyennes supérieures à 29 °C. Si les émissions continuent d’augmenter, 19% de la superficie terrestre connaitra des températures élevées, d’ici 2070. 

Cependant, une réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre pourrait réduire de moitié le nombre de personnes menacées. « La bonne nouvelle est que ces impacts peuvent être considérablement réduits si l’humanité parvient à freiner le réchauffement climatique », a déclaré le co-auteur de l’étude Tim Lenton.

Un risque d’émigration lié au changement climatique en Afrique

La population africaine devrait connaître une explosion démographique, d’ici un demi-siècle. Elle devrait doubler, passant de 1,2 milliard à près de 2,4 milliards d’habitants. Le Nigeria, nation subsaharienne, deviendra probablement le troisième pays le plus peuplé du monde, dépassant les États-Unis. Sa plus grande ville, Lagos, deviendrait alors la ville la plus peuplée du monde en 2075, selon les estimations des chercheurs.

D’après les auteurs de l’étude, près 81 % de la population nigériane souffrirait de ces températures extrêmes. Cela pourrait forcer un grand nombre de personnes à migrer, dans le pire des scénarios. « Prévoir l’ampleur réelle des migrations liées au climat reste difficile. Les gens préfèrent ne pas migrer. En outre, il existe des possibilités d’adaptation locale dans une certaine limite. Mais dans l’hémisphère sud, cela nécessitera de stimuler rapidement le développement humain », ont déclaré les scientifiques.

Lire aussi : Changement climatique : le paradoxe africain