Conflit russo-ukrainien : l’Algérie prête à fournir plus de gaz à l’Europe en cas de nécessité

0
1101
Toufik Hakkar, PDG de Sonatrach

Le pays entend utiliser une capacité non exploitée de 10 milliards de mètres cubes, pour augmenter ses exportations de gaz vers l’Europe, si nécessaire.

La compagnie pétrolière publique algérienne, Sonatrach, se montre prête à fournir davantage de gaz à l’Europe, en cas de besoin. L’annonce a été faite ce dimanche, par le PDG de la structure, Toufik Hakkar.

Lire aussi : Conflit russo-ukrainien : quelles conséquences pour l’Afrique ?

La Sonatrach est « un fournisseur fiable de gaz pour le marché européen. Elle est disposée à soutenir ses partenaires de long terme en cas de situations difficiles », a déclaré Toufik Hakkar, au quotidien Liberté.

Selon lui, la société dispose d’une capacité de gaz non utilisée sur le gazoduc Transmed. Ce dernier est capable de transporter jusqu’à 32 milliards de mètres cubes par an. Un maximum de 22 milliards de mètres cubes est exporté par le biais de ce gazoduc, chaque année. La quantité restante pourrait donc servir à augmenter les approvisionnements du marché européen, si nécessaire.

Une aubaine économique pour l’Algérie

L’Algérie prévoit justement de renforcer son secteur énergétique. Le pays a annoncé qu’il investirait 40 milliards $ entre 2022 et 2026 dans la production et le raffinage de pétrole et de gaz.

Lire aussi : L’Algérie entend investir 40 milliards $ dans son secteur minier

Pour rappel, la Russie fournit plus d’un tiers du gaz consommé par l’Europe. L’Ukraine est un pays de transit du gaz russe. Le conflit en cours pourrait ralentir l’approvisionnement en gaz russe dans l’UE. En quête d’alternatives, la région pourrait se tourner vers d’autres exportateurs de gaz, notamment en Afrique.