COP 26 : les pays occidentaux signent un accord de 8,5 milliards $ pour aider l’Afrique du Sud à se décarboner

0
681
Une centrale à charbon en Afrique du Sud

Les pays occidentaux vont décaisser près de 8,5 milliards $ en faveur de l’Afrique du Sud. Ces fonds permettront au pays, qui tire 90 % de son électricité de centrales au charbon, de passer aux énergies renouvelables.

L’accord a été conclu par les Etats-Unis, l’Union européenne, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, à l’occasion de la COP 26. En vertu de cet accord, l’Afrique du Sud fermera ses centrales au charbon plus rapidement que prévu. L’objectif est de « soutenir une transition équitable et inclusive » vers les énergies renouvelables, selon le président américain Joe Biden.

Cyril Ramaphosa, le président sud-africain, a déclaré que l’argent aiderait son pays à mettre en œuvre ses nouveaux objectifs climatiques. L’Afrique du Sud cherche à réduire ses émissions annuelles de gaz à effet de serre de près d’un tiers au cours de la décennie. Cela équivaut à un passage de 500 millions de tonnes d’équivalent CO2 à 350 millions de tonnes, d’ici 2030.

« Nous attendons avec impatience un partenariat à long terme qui puisse servir de modèle approprié de soutien à l’action climatique des pays développés aux pays en développement », a-t-il appelé.

Une économie dépendante du charbon

L’Afrique du Sud mène une lutte difficile pour fermer son parc de centrales au charbon vieillissant et sujet à des pannes. Les difficultés financières d’Eskom, la société publique qui les gère, en constituent la raison principale.

En effet, le service public dépend des renflouements réguliers de l’État pour éviter le défaut de paiement de ses dettes, estimées à 26 milliards $. Après des années de corruption et de gaspillage, le pays manque de fonds pour poursuivre seul le passage aux énergies renouvelables, explique Financial Times.

Le charbon, le combustible fossile le plus polluant, a fourni près de 90 % de l’électricité en Afrique du Sud l’année dernière. Le nouveau partenariat devrait empêcher jusqu’à 1,5 gigatonnes d’émissions au cours des 20 prochaines années. Il aidera le pays à s’éloigner du charbon et à accélérer sa transition vers une économie à faibles émissions.

Lire aussi : Afrique du Sud : l’Eskom cherche 30 milliards $ pour mettre fin à la dépendance du charbon