Côte d’Ivoire : le Fonds de solidarité africain investira 168,65 millions $ pour soutenir les entreprises locales

0
418
Fond de Solidarité Africain
Le Fonds de Solidarité africain prévoit d’investir 168,65 millions $ cette année, pour soutenir le secteur privé en Côte d’Ivoire.

Le Fonds de solidarité africain (FSA) prévoit d’investir 168,65 millions $ en 2023 pour soutenir les entreprises ivoiriennes. Cet investissement générera entre 337,30 millions et 505,96 millions $.

Le Fonds de solidarité africain (FSA) investira 168,65 millions $ en Côte d’Ivoire au profit du secteur privé. Les fonds sont destinés à soutenir les grandes, petites et moyennes entreprises, ainsi que les petites et moyennes industries (PMI). Le montant sera investi d’ici la fin de l’année 2023.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Plus de 6 000 PME ont bénéficié de « La Finance s’engage » en 3 ans

L’investissement générera entre 337,30 et 505,96 millions $

Selon le représentant du Président de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Sanga Koné, « les besoins de financement émis par les PME/PMI qui sont estimés à 25%, ne sont pas couverts ». L’investissement du FSA devrait générer entre 337,30 millions et 505,96 millions $. A travers ce projet, le fonds entend contribuer à l’émergence d’un secteur privé dynamique, résilient et à fort impact, indique un communiqué du gouvernement ivoirien.

Le FSA facilitera la collaboration entre les banques et les entreprises

Par ailleurs, le FSA travaillera à renforcer et à faciliter la collaboration entre les banques et les entreprises. « Les banques sont soumises à des pesanteurs opérationnelles et réglementaires, le FSA a des outils pour atténuer ces limites. Et c’est dans ce cadre que nous sommes là », a déclaré Aly Guindo, chef de la mission résidente du FSA en Côte d’Ivoire.

La FSA est une institution financière composée de 16 Etats membres. Sa mission est de contribuer au développement économique et à la lutte contre la pauvreté dans les pays membres. Elle facilite notamment l’accès au financement des projets d’investissement dans les secteurs public et privé ainsi que dans des activités de microfinance.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : les entreprises de noix de cajou demandent un maintien de l’aide accordée en 2022