Côte d’Ivoire : la filière hévéa explore de nouvelles alternatives pour les planteurs

0
112
Hévéa
En Côte d'Ivoire, la filière hévéa explore des alternatives pour diversifier les revenus des planteurs ivoiriens.

Les acteurs de la filière hévéa se penchent sur des alternatives pour diversifier les revenus des planteurs ivoiriens. En Côte d’Ivoire, l’hévéa est principalement cultivé pour son latex, qui est transformé et exporté à l’étranger.

Suite à la crise du Covid-19 et la guerre en Ukraine des variations des cours du caoutchouc sur le marché mondial ont entrainés une décroissance des revenus des planteurs. C’est de cet événement que vient l’idée d’explorer de nouvelles alternatives. Parmi les pistes explorées par les acteurs de la filière, figure la transformation des graines d’hévéa en biodiesel. Cette  perspective est essentielle pour la principale organisation des planteurs. En effet, une étude menée par le CNRA s’intéresse au potentiel des graines d’hévéa.

Le potentiel de la graine d’hévéa

Les producteurs laissaient jusque-là, les graines pourrir dans leurs plantations. L’étude, menée par le CNRA a été réalisée dans quatre unités pilotes de transformation. D’après cette étude, les graines d’hévéa peuvent produire du tourteau utile pour l’aliment de bétail, et surtout une huile qui peut servir à produire du biodiesel. La production se fait Concrètement par un processus chimique. Il s’agit de la « transestérification méthylique ».  Selon le Dr Muriel Okoma, chercheuse au CNRA sur le programme hévéa, « Il s’agit d’une technologie peu coûteuse et moins contraignante ». Les recherches ont exploré une autre piste

Il y a d’abord un projet en phase expérimentale avec la société ENI : l’APROMAC lui a fourni 1 900 tonnes de graines, et ENI se charge de la transformation dans son usine. Pour l’instant, le bénéfice avoisine 200 millions de francs CFA pour les planteurs, indique Luc Gbaï, le président du Collège des producteurs. « Nous avons testé le dispositif pour que la graine soit tracée du champ jusqu’à l’usine » explique-t-il.