Côte d’Ivoire : la saison sèche affecte les cultures de cacao

0
1150
La saison sèche menace la qualité des fèves de cacao et la taille de la récolte intermédiaire d'avril à septembre.

La sécheresse affecte la production et la qualité des fèves de cacao en Côte d’Ivoire. Selon les agriculteurs, la saison sèche pourrait réduire la taille de la récolte intermédiaire d’avril à septembre.

Les agriculteurs affirment que la saison sèche menace la qualité des fèves de cacao et la taille de la récolte intermédiaire d’avril à septembre. La plupart des régions productrices de cacao de Côte d’Ivoire connaissent une saison sèche depuis trois semaines. Le pays connaît sa saison sèche de mi-novembre à mars. Cependant, même si les précipitations sont rares durant cette période, elles sont inférieures à la moyenne pour cette saison.

Lire aussi: Côte d’Ivoire : la BNI investira plus de 221 millions $ dans la campagne café-cacao 2021-2022

Manque de pluie dans de nombreuses régions

Les plantations auront besoin d’une bonne humidité au cours des deux prochaines semaines pour renforcer les cacaoyers, affirment les agriculteurs. Selon eux, les feuilles sont devenues sèches et jaunes en raison du manque de pluie. « L’humidité du sol commence à diminuer fortement. Nous avons besoin de pluie dans les prochaines semaines pour que la mi-culture démarre bien », a déclaré Alain Zouko, un agriculteur qui exploite une ferme près de Soubré. Dans cette ville, les précipitations de la semaine dernière n’ont été que de 0,1 millimètre (mm), soit 6,5 mm de moins que la moyenne, selon Reuters.

À Agboville, il y a eu 0,2 mm de pluie la semaine dernière, soit 5,8 mm de moins que la moyenne, et 0,2 mm à Abengourou, 4,4 mm de moins que la moyenne. La ville de Divo et les régions centrales de Bongouanou et Yamoussoukro n’ont pas connu de pluie. « Les conditions ne sont pas bonnes pour produire beaucoup de fèves au début de la mi-culture », a déclaré Albert N’Zue, un agriculteur. Il exploite une ferme près de Daloa.

Lire aussi: Côte d’Ivoire : 20 % des exportations de cacao attribuées aux nationaux

Baisse de la qualité des récoltes

Certains acheteurs se sont précipités pour acheter de bons haricots, ont ajouté les agriculteurs. Les principaux exportateurs recherchent 100 fèves pour 100 grammes. Or, dans cette situation, 100 grammes valent 110 ou 115 fèves. Les acheteurs locaux hésitent à acheter au prix garanti à la ferme de 825 FCFA (1,43 $) par kg à cause de la qualité.