Côte d’Ivoire : les entreprises industrielles et l’UNIFAB veulent lutter contre la contrefaçon

0
701
Stéphane Aka-Anghui, Directeur exécutif de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI)

L’Union des grandes entreprises industrielles de Côte d’Ivoire (UGECI) et l’Union des fabricants (UNIFAB) ont signé une convention pour lutter contre la contrefaçon. L’accord vise également la protection de la propriété intellectuelle. 

« À travers ce partenariat, l’UGECI entend démontrer que le secteur privé prend activement toute sa part au côté de l’Etat pour lutter contre cette plaie qu’est la contrefaçon.» , a déclaré Jean-Louis Menudier, le président de l’UGECI. Il a ajouté que cette lutte favorisera une industrie ivoirienne compétitive, pourvoyeuse de richesses et d’emplois durables. 

Avec cet accord, l’UNIFAB implantera une nouvelle antenne à Abidjan et permettra aux grandes entreprises et aux PME de bénéficier de son expertise. Elle est une association reconnue mondialement dans la lutte contre la contrefaçon. 

Impliquer les consommateurs…

Les acteurs impliqués dans la lutte contre la contrefaçon pourront se faire accompagner. Les deux associations organiseront régulièrement des campagnes de sensibilisation destinées au grand public.

« À notre sens, la riposte au phénomène de la contrefaçon se trouve dans la synergie d’actions de tous les acteurs concernés ». C’est ce qu’a affirmé le Directeur exécutif de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Stéphane Aka-Anghui. Les entreprises, les pouvoirs publics, les consommateurs et les organisations locales et internationales sont tous concernés. 

De son côté, le ministre ivoirien du Commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba a déclaré que le gouvernement est très engagé dans cette lutte. Notons qu’il existe un Comité national de lutte contre la contrefaçon (CNLC) dans le pays. Ce comité a pu saisir de 2016 à 2020, 12 milliards FCFA de produits de tout type et 12.000 livres scolaires contrefaits. La contrefaçon des médicaments fait perdre plus de 50 milliards FCFA par an à l’économie ivoirienne.

Lire aussi : Afrique : la Côte d’Ivoire veut transformer au moins 30% de sa production de noix de Cajou en 2022