La Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne ont coûté à l’Égypte 7,5 milliards $ en deux ans

0
586
ministre-égyptien--des-Finances-Mohamed-Maait
La Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne ont coûté à l'Égypte 7,5 milliards $ au cours des deux dernières années.

La guerre en Ukraine et la Covid-19 ont eu un impact important sur l’économie égyptienne. De nombreux secteurs, notamment le tourisme et l’aviation civile, ont été durement touchés.

La Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne ont coûté à l’Égypte 7,5 milliards $ au cours des deux dernières années. L’annonce a été faite lundi par le ministre des Finances, Mohamed Maait, lors de son discours de clôture à la Chambre des représentants.

Selon le ministre, l’Égypte aurait économisé 7,5 milliards de dollars sans ces deux crises. « Le gouvernement fait de son mieux pour contenir l’impact négatif de ces deux crises et s’assurer que tous les produits alimentaires et combustibles sont disponibles sur le marché », a-t-il indiqué.

Lire aussi : L’Égypte interdit le commerce du blé par des tiers jusqu’en août

Cette déclaration intervient un jour avant que les députés s’apprêtent à approuver un plan préparé par le comité budgétaire de la Chambre des représentants. Durant les discussions, les députés ont critiqué le gouvernement, évoquant des emprunts étrangers excessifs et un manque de discipline budgétaire. Ils ont également demandé la suppression des subventions au profit de transferts en espèces.

En réponse, Mohamed Maait a déclaré que le gouvernement était désireux de mettre en œuvre les recommandations adoptées par les députés. « J’ai écouté les députés qui demandaient une rationalisation des dépenses publiques, et cela semble formidable. Toutefois, cela pourrait avoir un impact négatif sur des secteurs comme la santé, l’éducation et les salaires, qui ont désespérément besoin de dépenses plus importantes en permanence », a-t-il déclaré.  À noter qu’un vote final sur le plan budgétaire est attendu lors de la session plénière de mardi.

Lire aussi : Égypte : Près de 500 milliards $ consacrés à des projets d’infrastructure en sept ans