Afrique : de nombreux patients privés de soins médicaux en raison de la Covid-19

0
1045
médécin auscultant un bébé
L'épidémie du Covid-19 a mis une grande pression sur les système de santé en Afrique, empêchant les populations d'accéder à des services de base.

En Afrique, de nombreux malades, des femmes enceintes et des enfants ont été privés de consultations médicales à cause de la Covid-19. Cette situation est due aux pressions exercées par la pandémie sur les systèmes de santé africains. C’est ce que révèle une nouvelle étude publiée dans la revue BMJ Global Health.

La Covid-19 a empêché de nombreux africains de bénéficier de services de santé essentiels. A titre d’exemple, près de la moitié des enfants sud-africains n’ont pas participé, cette année, aux contrôles de santé infantile. Au moins 80 % des moins de cinq en Sierra Leone n’ont pas reçu de vaccinations de routine. En outre, plus de la moitié des patients rwandais atteints du VIH manquent de traitements antirétroviraux.

Presque tous les systèmes de santé africains ont été affectés par l’avènement de la Covid-19. Ceci, bien que la pandémie ait connu un démarrage tardif et une progression lente à travers le continent. « Suite à la pandémie, notre étude a montré que le nombre de patients bénéficiant des services de santé essentiels a considérablement diminué. Cela concerne notamment les patients atteints du VIH, du paludisme et de la tuberculose. Par ailleurs, les services de santé maternelle et infantile ont également été mis de côté », a affirmé le Dr Gizachew Tessema, auteur de l’étude.

Un secteur en manque de personnel

Selon un rapport récent de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le monde a besoin de  millions d’infirmiers supplémentaires. En Afrique, de nombreux pays disposent à peine de la moitié du nombre d’agents de santé nécessaires. A ceci, s’ajoute un manque d’infrastructures pour gérer plusieurs cas de maladies à la fois. Par conséquent, l’arrivée d’une urgence médicale telle que la pandémie de Covid-19 prive de nombreux africains des services essentiels. 

« La pandémie de Covid-19 n’est pas la première pandémie à frapper l’Afrique, et ce ne sera pas la dernière. Les systèmes de santé africains continueront d’être confrontés à des événements imprévisibles, tels que des conflits ou une nouvelle maladie infectieuse potentielle. Les pays devraient orienter leurs efforts vers la construction d’un système de santé résilient qui répond à tous les défis, en toutes circonstances », a déclaré Gizachew Tessema.

Lire aussi: Entre 80 000 et 180 000 professionnels de la santé sont morts du Covid-19 dans le monde