Burkina Faso : Le débordement du fleuve Mouhoun inonde plus de 2 617,3 hectares de cultures

0
648
Débordement-fleuve-mouhoun
Le débordement du fleuve Mouhoun au Burkina Faso a détruit plus de 2 617,3 hectares de cultures et tué plus de 1 600 animaux.

Le débordement du fleuve Mouhoun au Burkina Faso a inondé plus de 2 617,3 hectares de cultures. Ce débordement du fleuve a été causé par les fortes pluies de fin septembre.

Les dernières pluies de la fin du mois de septembre ont provoqué le débordement du fleuve Mouhoun au Burkina Faso. Le débordement s’est étendu sur environ deux kilomètres, détruisant des champs et tuant des animaux et des volailles. Avec cette crue, les cultures ont été inondées sur plus de 2 617,3 hectares, selon les données de la direction régionale en charge de l’agriculture.

Lire aussi : Le Burkina Faso annonce un plan de riposte et d’assistance alimentaire de 376 millions $

Plus de 1 600 animaux emportés par les eaux

Les inondations ont touché 13 communes de la Boucle du Mouhoun, rapporte Sidwaya. Les eaux du fleuve ont envahi les champs des agriculteurs. Les services de la direction régionale en charge de l’agriculture ont estimé la perte de production agricole à 2 617,3 hectares à la date du 10 octobre. Près de 1 600 animaux et 4 286 têtes de volailles ont été tués par les eaux. Certaines zones sont encore inaccessibles en raison de l’inondation. « Nous avons essayé au moins de tout arracher pour en faire du fourrage pour les animaux. Ça aussi, avec la pression de l’eau, nous avons été obligés de tout abandonner pour nous sauver », a déclaré Theodore Dakuyo, un producteur. Les eaux ont détruit son champ de maïs, de haricots, de sorgho et de riz.

Des mesures d’urgence pour soutenir les agriculteurs

Pour faire face à la situation, des actions d’urgence sont prévues pour soutenir les producteurs, a annoncé le chef régional du département des études et statistiques sectorielles. Des mesures seront prises pour soutenir les sinistrés afin qu’ils puissent mener à bien leurs activités de production.

Lire aussi : Burkina Faso : Le projet PRISMA pour renforcer la résilience des systèmes agro-pastoraux