Nigeria : 4 153 cas d’infections au choléra et 80 décès en un mois

0
621
Virus-choléra
Le Nigeria enregistre 4 153 cas d’infections au choléra et 80 décès entre le 5 septembre et le 2 octobre 2022.

Le Nigeria fait face à une recrudescence des cas d’infection au choléra. Selon le dernier rapport de situation sur le choléra du Centre nigérian de contrôle des maladies, le pays a enregistré 80 décès et 4 153 cas suspects au mois de septembre.

Le rapport du Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC) couvre les semaines épidémiologiques 36 à 39, du 5 septembre au 2 octobre. L’État de Borno, dans le Nord-Est, a enregistré plus de 60% des cas suspects recensés dans le pays. Cet État abrite à lui seul 2 626 cas sur les 4 153 enregistrés en septembre. Par ailleurs, sur le total de 256 décès suspects en 2022, l’État de Borno en a enregistré 93.

Lire aussi : Une épidémie de choléra fait 3 300 décès au Nigeria et 156 au Niger

10 745 cas suspects et 256 décès enregistrés en 2022

Des malades hospitalisés dans un état critique

Selon le rapport, le nombre de cas a augmenté de 42 % en septembre, par rapport aux 2 428 cas signalés en août. Au 2 octobre, le Nigeria avait enregistré un total de 10 745 cas suspects et 256 décès dans 31 États, soit un taux de létalité de 2,4 %, rapporte Premium Times. Le rapport montre que 11 États représentent 86 % de tous les cas cumulés. L’État de Borno est en tête avec 3 663 cas. Il est suivi de l’État de Yobe avec 1 632 cas, de Katsina, avec 767 cas, Taraba, avec 675 cas. Ensuite viennent les États de Cross River (649 cas), Gombe (470 cas), Jigawa (417 cas) et Bauchi (304 cas).

Nécessité d’améliorer l’accès à l’eau potable et l’assainissement

Un enfant s’exposant à la contamination par la voie des eaux usées

Pour faire face aux épidémies de choléra dans le pays, le NCDC, appelle à une amélioration urgente de l’accès à l’eau potable et à un assainissement adéquat. L’augmentation des cas de choléra au Nigeria a été « exacerbée par l’accès limité à l’eau potable et aux installations sanitaires, la défécation en plein air et les mauvaises pratiques d’hygiène », explique l’agence. En effet, le risque de transmission du choléra est plus élevé dans les zones privées d’installations sanitaires adéquates et d’un approvisionnement régulier en eau potable.

Le choléra se transmet à travers des aliments et eaux contaminés. Il sévit dans les pays ayant un accès limité à l’eau potable et à un assainissement adéquat, comme le Nigeria.

Lire aussi : Nigeria : l’OMS octroie neuf millions de doses de vaccins oraux contre le choléra