Épidémie de mpox en RDC : l’OMS appelle à la vigilance

0
213
Illustration variole du singe
Selon l'OMS, la RDC enregistre actuellement 12 569 cas suspects de mpox, dont 581 morts, de janvier au 12 novembre.

La République démocratique du Congo enregistre actuellement 12 569 cas suspects de mpox, dont 581 morts, de janvier au 12 novembre. Cette information a été révélée par l’OMS ce samedi 25 novembre 2023.

La maladie, autrefois appelée variole du singe se caractérise par des éruptions cutanées et peut être accompagnée de poussées de fièvre. Le nombre de cas indiqué par l’OMS est le plus fort que le pays a connu. « Il s’agit du nombre de cas le plus élevé jamais signalé pour une année, certains dans des zones géographiques qui n’avaient jamais fait état de cas de mpox auparavant, y compris à Kinshasa, Lualaba et le Sud-Kivu », a précisé un rapport de situation de l’Organisation mondiale de la santé à Genève.

Évaluation de la situation

Préoccupée par de nouvelles caractéristiques de transmission sexuelle d’un variant du virus, l’OMS effectue actuellement une mission conjointe avec le ministère de la Santé de RDC. L’objectif principal de cette mission menée par l’OMS est d’évaluer la situation dans ce pays. Pour rappel, la maladie a été signalée pour la première fois chez l’homme en 1970 en RDC. Elle se manifeste par des éruptions cutanées pouvant apparaître sur les organes génitaux ou dans la bouche. En outre, elle peut être accompagnée de poussées de fièvre, de maux de gorge ou de douleurs au niveau des ganglions lymphatiques.

Lire aussi : RDC : 724 cas de rougeole dont 13 décès enregistrés dans la province du Kasaï oriental depuis janvier 2023

L’appel de l’OMS

En mai 2022, des flambées de mpox ont été constatées en Europe et aux Etats-Unis, en dehors de la dizaine de pays d’Afrique centrale et de l’ouest. Il faut noter que dans ces régions, la maladie est depuis longtemps endémique. Cette situation a amené l’OMS à déclarer le niveau d’alerte maximale le 23 juillet 2022. Par ailleurs, le 11 mai, l’OMS avait levé l’alerte, tout en appelant à une vigilance constante.

91 788 cas de mpox confirmés en laboratoire

Cette épidémie s’est répandue principalement par la transmission par contact sexuel parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes. Cette maladie est également transmise par le biais d’objets contaminés. Selon l’OMS, entre janvier 2022 et 31 octobre 2023, un total de 91 788 cas de mpox confirmés en laboratoire, dont 167 décès, ont été révélés dans 116 pays et territoires.

Lire aussi : RDC : le Sud-Kivu enregistre 1000 cas de rougeole et 124 décès en 2 mois