Les cas de rougeole ont augmenté de 400% en Afrique au cours du premier trimestre 2022 (OMS)

0
695
Rougeole-Afrique
L’Afrique est confrontée à une flambée de l’épidémie de rougeole, avec une hausse de 400% des cas au premier trimestre 2022.

L’Afrique fait face à une résurgence de l’épidémie de rougeole. Au premier trimestre 2022, le continent a enregistré près de 17 500 cas. Ce chiffre, selon l’OMS, représente une augmentation de 400% par rapport à la même période de l’année dernière.

Entre janvier et mars 2022, l’Afrique a enregistré près de 17 500 cas de rougeole, soit une augmentation de 400% par rapport à la même période en 2021. Selon l’OMS-Afrique, au cours de cette période, 20 pays africains ont signalé des flambées de rougeole, soit huit de plus qu’au cours du premier trimestre de 2021.

Les objectifs de vaccination contre la rougeole ne sont pas atteints

Selon l’OMS, deux doses de vaccin contre la rougeole administrées à temps assurent une protection efficace contre la maladie. Les pays devront atteindre une couverture vaccinale contre la rougeole de 95 % pour éliminer cette maladie. Cependant, les estimations indiquent que seuls six pays africains ont atteint une couverture de 95 % de la première dose de vaccin contre la rougeole en 2019. Seuls trois pays ont atteint cet objectif en 2020.

Lire aussi : Le Togo signale des cas de rougeole dans plusieurs districts sanitaires

Recrudescence d’autres épidémies de maladies évitables

Outre la rougeole, l’Afrique est confrontée à une augmentation des cas d’autres maladies évitables par la vaccination, indique l’OMS. Vingt-quatre pays ont signalé l’apparition d’un variant de la poliomyélite en 2021, contre 20 pays l’année précédente. De nouvelles flambées de fièvre jaune ont été confirmées dans 13 pays l’an dernier, contre 9 pays en 2020. Pourtant, en 2019, seuls 3 pays avaient signalé de nouvelles épidémies de fièvre jaune, précise l’organisation.

Les campagnes de vaccinations suspendues en raison de la Covid-19

La résurgence de ces épidémies est due aux inégalités d’accès aux vaccins. Elle se justifie également par la forte pression exercée sur les capacités du système de santé par la pandémie de Covid-19. Cette situation a perturbé les services de vaccination de routine dans de nombreux pays africains, entraînant la suspension des campagnes de vaccination. « Au moment où l’Afrique œuvre sans relâche pour vaincre la COVID-19, nous ne devons pas pour autant oublier les autres menaces sanitaires », a déclaré Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Lire aussi : Près de 500 cas de rougeole enregistrés au Mali depuis le début de cette année