fbpx
26 C
Cotonou
mardi 29, novembre 2022

La CEDEAO, le Nigeria et le Maroc veulent concrétiser le projet de gazoduc Nigeria-Maroc

À lire absolument

Un mémorandum d’entente a été signé la semaine dernière, dans le cadre de la réalisation du mégaprojet de gazoduc Nigeria-Maroc. Ce projet traversera 16 pays d’Afrique, dont 14 membres de la CEDEAO.

Le Nigeria et le Maroc ont signé un protocole d’accord avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), confirmant la réalisation du mégaprojet de gazoduc Nigeria-Maroc. Par ce mémorandum, les pays traversés par le gazoduc s’engagent à contribuer à la faisabilité, aux études techniques, à la mobilisation des ressources et à la mise en œuvre du projet.

Lire aussi : Le Nigeria approuve la construction d’un nouveau gazoduc vers l’Europe

14 pays membres de la CEDEAO impliqués dans le projet

Le gazoduc Nigeria-Maroc devait traverser 16 pays, dont 14 membres de la CEDEAO. Concrètement, le gazoduc Nigeria-Maroc longera la côte ouest-africaine depuis le Nigeria, en passant par le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Gambie, le Sénégal, la Mauritanie et se terminera au Maroc. Il alimentera également des États enclavés comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger, rapporte Anadolu Agency.

Exportation du gaz vers l’Europe

Une fois achevé, le projet fournira du gaz à tous les pays d’Afrique de l’Ouest. Il offrira également une nouvelle voie d’exportation vers l’Europe, selon un communiqué conjoint. La réalisation du projet permettra à certains pays d’exporter leur excédent de gaz naturel. Il s’agit du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et de la Mauritanie. « L’impact de ce projet est très important puisqu’il permettra d’assurer l’approvisionnement en énergie électrique de la zone ouest-africaine, et à long terme l’exportation du gaz naturel comme combustible en Europe. Nous avons suivi de bout en bout tout le déroulement des études de faisabilité dans les différentes phases de validation », a déclaré le représentant de la CEDEAO, Sédiko Douka.

LIRE AUSSI  Les défauts de paiement du Mali sur le marché financier atteignent 180 millions $
LIRE AUSSI  Le Mali en défaut de paiement sur le marché financier suite aux sanctions

25 milliards $ nécessaires à la réalisation du gazoduc

Outre la signature de ce mémorandum, les parties prenantes entendent lancer les études détaillées de mise en œuvre, la mobilisation des ressources et les travaux de construction. Le projet, long de 6 000 km, nécessitera un investissement de 25 milliards $. La mobilisation des fonds se fera grâce aux investisseurs publics et privés, dont des banques multilatérales, des fonds de pension et des assurances.

Lire aussi : L’OFID finance le gazoduc Nigeria-Maroc à hauteur de 14,3 millions $

À la une