Ethiopie : les exportations de café pourraient battre de nouveaux records, cette année

0
725
La production de grains de café arabica en Afrique a considérablement augmenté, les trois dernières années

La crise politique en cours en Éthiopie n’a pas perturbé les exportations de café. Le plus grand producteur d’Afrique s’attend à de nouveaux records à la fin de cette année.

L’Éthiopie a exporté 86 000 tonnes de café au cours du dernier trimestre. Ces exportations ont généré près de 327,9 millions $, soit 77 % de plus que prévu, selon l’Autorité éthiopienne du thé et du café.

En outre, le pays a exporté 250 000 tonnes au cours de la campagne de commercialisation qui s’est achevée le 31 juillet. Les ventes ont rapporté un gain de 910 millions $, selon les autorités éthiopiennes. Les exportations de café éthiopien devraient atteindre 280 000 tonnes durant la campagne en cours et générer 1,1 milliards $ de revenus.

Le pays est actuellement confronté à une grave crise de sécurité. Des milliers de personnes ont été tuées et des centaines de milliers de personnes déplacées depuis que des affrontements ont éclaté entre les forces du gouvernement central et le Front populaire de libération du Tigré. 

Toutefois, les exportations du pays n’ont pas été perturbées par le conflit, selon Adugna Debela, directeur général de l’Autorité du thé et du café. « Il n’y a pas de problème dans le port de Djibouti et la route Addis-Abeba-Djibouti fonctionne sereinement. Nous exportons au rythme voulu », a-t-il déclaré à Bloomberg.

Une poussée portée par la hausse des prix du café

Le plus grand producteur de grains de café arabica en Afrique a considérablement augmenté sa production au cours des trois dernières années. Pendant ce temps, les prix de l’arabica ont bondi de plus de 60 % à New York. Et pour cause, le Brésil, principal producteur de café arabica, est confronté à des gelées et à la sécheresse. La Colombie, classée deuxième, est également aux prises avec une abondance de pluie. Ces facteurs ont affecté négativement la production du café dans ces régions.

En raison de la hausse des prix mondiaux, certains agriculteurs avec un marché faible ont dû abandonner leurs contrats de livraison. Les prix actuels sont beaucoup plus élevés que ceux convenus au départ. Néanmoins, plusieurs entreprises se montrent disposées à acheter le café aux nouveaux prix, plutôt que d’exiger le respect des anciens contrats. « Certains des exportateurs négocient les prix en accord avec leurs clients » a déclaré Adugna Debela.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : la BNI investira plus de 221 millions $ dans la campagne café-cacao 2021-2022