Nigeria : Découverte d’une ligne de vol de pétrole en mer via le terminal d’exportation de Forcados

0
752
Terminal-pétrolier-Forcados
Le terminal nigérian d'exportation de Forcados

Les vols de pétrole plombent l’économie nigériane depuis des années. Les autorités du pays ont découvert une ligne de connexion illégale entre l’un des principaux terminaux d’exportation de pétrole et la mer. Près de 250 000 barils de pétrole sont exportés illégalement par cette ligne.

Le directeur de la compagnie pétrolière nationale NNPC LTD, Mele Kyari, a annoncé mardi dernier la découverte d’une ligne de connexion illégale entre le terminal d’exportation de pétrole de Forcados et la mer. La ligne, existante de neuf ans, a été découverte lors d’une opération de répression des vols menée au cours des six dernières semaines, indique Reuters.

Lire aussi: Nigeria : La NNPC conclut des accords avec des compagnies pétrolières sur un bloc pétrolier en eaux profondes

Environ 250 000 barils de pétrole exportés illégalement par jour

La ligne, longue de 4 kilomètres, permet l’exportation illégale d’environ 250 000 barils de pétrole par jour. « Les vols de pétrole dans le pays existent depuis plus de 22 ans, mais l’ampleur et le rythme qu’ils ont pris ces derniers temps sont sans précédent », a déclaré le directeur général de la NNPC. Le modus operandi des trafiquants consiste à exploiter les pipelines terrestres pour siphonner le pétrole sans être détectés. La nouvelle découverte montre une opération de vol plus sophistiquée.

Raffinerie clandestine dans le delta du Niger

Lire aussi : L’Angola devient le premier producteur de pétrole africain

Pertes estimées à près de 600 000 barils de pétrole par jour

Le Nigeria, qui est généralement le plus grand exportateur de pétrole d’Afrique, a récemment perdu sa place au profit de l’Angola. Le pays perd les revenus d’environ 600 000 barils de pétrole par jour (bpj). Une partie de ce pétrole est volée, ce qui oblige les compagnies pétrolières à suspendre l’approvisionnement de certains champs, au risque d’alimenter les pipelines exploités par les voleurs. En août dernier, les exportations de pétrole brut du pays d’Afrique de l’Ouest sont passées sous la barre du million de bpj pour la première fois depuis 1990. Cette baisse de la production a entraîné une chute des recettes.

Lire aussi : Nigeria : Shell met en garde contre une chute économique si le sabotage persiste dans le secteur pétrolier