fbpx
26.3 C
Cotonou
lundi 6, février 2023

Exxon quitte la Guinée équatoriale dans un contexte d’élimination progressive des énergies fossiles en Afrique

À lire absolument

La société pétrolière Exxon Mobil mettra un terme à ses activités en Guinée équatoriale dès l’expiration de sa licence, selon une information relayée par Reuters.

Exxon Mobil arrêtera sa production de pétrole en Guinée équatoriale et quittera le pays après l’expiration de sa licence en 2026. Ce départ reflète une décision plus large des principaux producteurs de pétrole de réduire la production de pétrole brut en Afrique de l’Ouest. 

Selon Reuters, Exxon a réduit sa production dans le pays à moins de 15 000 barils de pétrole par jour, via l’unité de production existante Serpentina. L’entreprise a évacué le personnel de la plate-forme de production offshore Zafiro cette année en raison de l’entrée d’eau dans le navire vieillissant. L’Europe, qui cherchait des fournisseurs alternatifs de pétrole après l’imposition de sanctions contre la Russie cette année, est la principale destination des exportations de pétrole de la Guinée équatoriale.

Lire aussi: Eni investira 8 milliards $ dans la production de gaz naturel en Libye

Une production pétrolière en baisse

La production pétrolière d’Exxon en Guinée équatoriale, a culminé plus de 300 000 bpj, il y a huit ans et est en baisse depuis. Exxon tente de vendre son opération Zafiro depuis 2020. L’année dernière, la société a pompé environ 45 000 bpj en Guinée équatoriale, sur une production totale du pays de 93 000 bpj.

L’Afrique a du mal à respecter les quotas de l’OPEP en raison du manque d’investissements dans la production de brut. La production de ses deux principaux producteurs, l’Angola et le Nigeria, a chuté d’un tiers à 2,1 millions de bpj en octobre, contre 3,2 millions de bpj en 2019. Depuis 2013, elle a baissé de 41 %.

La part de la région dans les flux de trésorerie pétroliers est également en baisse, selon une étude du cabinet de conseil Deloitte. Pour les producteurs de pétrole du Moyen-Orient et d’Afrique, les liquidités ont chuté à 30 % des flux mondiaux au cours des deux dernières années, contre 50 % entre 2010 et 2020.

Lire aussi: Tullow Oil et Capricorn Energy fusionneront pour devenir le leader de l’industrie pétrolière en Afrique

À la une