Afrique de l’Ouest : La FAO mobilise 1,79 milliard d’euros pour lutter contre la famine

0
821
Faim-afrique
La FAO investira 1,7 milliard d'euros dans la lutte contre la famine en Afrique de l'Ouest et au Sahel en 2022.

La famine touche plus de 27 millions de personnes en Afrique de l’Ouest et au Sahel. Pour lutter contre le phénomène, la FAO a mobilisé un financement de 1,79 milliard d’euros. Des fonds qui permettront de renforcer l’approvisionnement alimentaire pour des millions de ménages.

L’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) a levé 1,79 milliard d’euros pour lutter contre la famine en Afrique de l’Ouest et au Sahel. Elle se servira du financement pour renforcer la sécurité alimentaire pour des millions de ménages touchés par le phénomène. Les données récemment publiées par l’institution indiquent que 27 millions de personnes souffrent de la famine dans la région. Cet effectif montera à 38 millions d’ici juin prochain « si des mesures ne sont pas prises de manière urgente », alertait la FAO mardi dernier.

D’autres partenaires de l’Afrique projettent d’emboîter le pas à l’agence onusienne, rapporte Teller Report. La France accordera un financement de 166 millions d’euros au cours de cette année. L’Union européenne (UE) fournira quant à elle une enveloppe de 240 millions d’euros.

Lire aussi : La FAO veut mobiliser 138 millions $ pour contrer la famine dans la Corne de l’Afrique

Le triple choc…

Le nombre de personnes touchées par la famine a fortement augmenté ces deux dernières années à cause de la pandémie de la Covid-19. Celle-ci a renforcé les inégalités dans les pays africains, entraînant le basculement de plusieurs millions de personnes dans la pauvreté.

Les effets de la pandémie se sont aggravés avec la cessation des pluies et les dérèglements météorologiques. Ces facteurs, dus au réchauffement climatique, ont eu pour conséquence d’accentuer la sécheresse et de réduire les rendements agricoles dans le Sahel.

À ces deux problèmes, s’est ensuite ajoutée la crise russo-ukrainienne. Celle-ci a entraîné la hausse des prix des produits de première nécessité. Les ménages ont désormais du mal à s’approvisionner en denrées alimentaires de base. D’après Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, cité par RFI, « la guerre de Poutine contre l’Ukraine est aussi une guerre contre la sécurité alimentaire mondiale ».

Lire aussi : L’Allemagne accorde 20 millions € à la FAO pour lutter contre la famine en Afrique de l’Est

Fidèle DJIMADJA