Le FMI accorde une facilité élargie de crédit de 275,8 millions $ au Niger

0
622
Antoinette Sayeh, directrice générale adjointe du FMI

Le Conseil d’administration du FMI a approuvé un accord de la facilité élargie de crédit (FEC) pour le Niger. La facilité devrait soutenir les réformes du gouvernement dans le cadre de la relance de l’économie du pays.

Le Fonds monétaire international (FMI) accorde une Facilité élargie de crédit de 275,8 millions $ pour le Niger. Ce montant équivaut à 197,4 millions de Droits de Tirage Spéciaux (DTS). Le Conseil d’administration du FMI a approuvé l’accord triennal de cette facilité hier. Dans sa décision, le conseil a autorisé un décaissement immédiat de 55,2 millions $.

La FEC appuiera les réformes du gouvernement nigérien

Le programme FEC soutiendra le programme de réforme des autorités du pays. La facilité appuiera les réformes de renforcement du cadre macroéconomique. L’objectif à terme est de favoriser une croissance inclusive et résiliente

La facilité de crédit appuiera les réformes qui ont pour but d’améliorer la mobilisation des recettes intérieures. Le soutient du FMI contribuera à renforcer la qualité des dépenses publiques. Il assurera la gestion transparente et efficace des recettes pétrolières. La facilité de crédit renforcera la gestion de la dette. « Un engagement ferme en faveur des réformes et leur mise en œuvre résolue seront la clé du succès et permettront de catalyser le soutien supplémentaire des donateurs », indique le FMI.

Lire aussi:

Le FMI versera 23 milliards de DTS aux pays africains pour la relance post-covid

Le Niger a clôturé sa plus grande émission obligataire sur le marché financier de l’UEMOA

Amélioration du climat des affaires

D’après le FMI, le programme se concentrera sur la promotion du développement du secteur privé. Cela permettrait d’atténuer les risques budgétaires et de renforcer le climat des affaires. « Il est essentiel de mettre en œuvre les engagements de transparence relatifs aux dépenses d’urgence liées à la pandémie », a déclaré l’institution de financement.

Selon le FMI les autorités nigériennes prévoit « d’étendre l’obligation de collecter et de publier les informations sur la propriété effective aux marchés publics non concurrentiels ». Elles prévoient également d’accélérer la mise en œuvre du nouveau régime de déclaration des actifs.

Pour Antoinette Sayeh, directrice générale adjointe du FMI, l’économie nigérienne devrait croître en 2021. L’activité économique devrait être plus dynamique. Par ailleurs le projet pipeline Niger-Bénin devrait démarrer pour l’exportation de pétrole vers la côte béninoise. Toutefois, ces perspectives est ont été entravé par de nombreux défis. Il s’agit de l’intensification des problèmes de sécurité dans la région du Sahel et les effets du changement climatique.