Fondation pour la technologie pharmaceutique : un pas majeur vers l’autonomie de l’Afrique

0
185
Fondation pour la technologie pharmaceutique
La Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique a signé un accord de siège avec le gouvernement rwandais.

Les efforts de l’Afrique dans la création d’une industrie pharmaceutique résiliente et autonome pour le continent ont significativement progressé. La Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique a signé un accord de siège avec le gouvernement rwandais, pays hôte. Cet accord ouvre ainsi la voie à la mise en œuvre opérationnelle de la Fondation.

La Banque européenne d’investissement et la Fondation ont également conclu un protocole d’accord pour renforcer davantage la coopération. En juin 2022, le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé la création de cette fondation comme organisme indépendant.

Partenariat entre les secteurs public et privé

Le travail de la Fondation a bénéficié d’un soutien technique et financier à l’échelle mondiale et en Afrique. Il jouera un rôle important dans le développement du secteur pharmaceutique africain. Cette initiative souhaite favoriser la collaboration entre les secteurs public et privé en Afrique, en Amérique du Nord, en Europe et dans le reste du monde en développement.

Le gouvernement rwandais a accueilli la Fondation tout en lui attribuant le statut d’agence internationale. Selon Vincent Biruta, il est important de combler l’écart existant entre les pays africains et les pays développés en matière de vaccins. Celui-ci, ministre rwandais des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a signé l’accord de pays hôte au nom du gouvernement rwandais. Padmashree Gehl Sampath, directrice générale par intérim de la Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique, a représenté la Fondation lors de la signature officielle.

Lire aussi : Le laboratoire pharmaceutique Sothema implémentera une nouvelle usine en Afrique de l’Est

Investissement de 3 milliards de dollars de la BAD

« La technologie est le principal outil de transformation qui permettra le développement d’une industrie pharmaceutique compétitive dont l’Afrique aura besoin pour garantir la santé et le bien-être de sa population (…) La Banque africaine de développement s’engage à investir jusqu’à trois milliards de dollars au cours de la prochaine décennie dans le développement de l’industrie pharmaceutique dans le cadre de ses efforts visant à industrialiser l’Afrique et à réduire la dépendance du continent à l’égard des importations », a expliqué le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina.

Les investissements pharmaceutiques

L’Allemagne a également soutenu la Fondation, conformément à son engagement en faveur de la production locale dans la région. Par ailleurs, le travail de la Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique a été renforcé par la signature d’un protocole d’accord avec la Banque européenne d’investissement (BEI). Ce protocole d’accord prévoit de nouveaux instruments de financement pour surmonter les défaillances du marché. De plus, il permettra de mobiliser les investissements pharmaceutiques dans tout le continent. Les deux organisations se chargeront d’attirer davantage de financements publics et privés multilatéraux dans la production pharmaceutique en Afrique.

La BEI s’associera au programme régional de biosimilaires de la Fondation pour la production et l’innovation de médicaments biosimilaires pertinents en Afrique. En outre, l’objectif est de faciliter la création de parcs communs d’ingrédients pharmaceutiques actifs dans une sous-région spécifique d’Afrique choisie pour la circonstance.

« La BEI s’engage à travailler avec les partenaires pour renforcer la santé publique et l’innovation en matière de santé en Afrique et dans le monde. Nous sommes heureux de soutenir la vision portée par la Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique. Renforcer l’accès au financement est essentiel pour accroître les investissements et l’innovation pharmaceutiques dans toute l’Afrique », a indiqué Gelsomina Vigliotti, vice-présidente de la Banque européenne d’investissement.

Lire aussi : Tunisie : Le Japon investit dans l’industrie pharmaceutique