Formation d’un gouvernement de transition au Tchad dirigé par Succès Masra

0
124
Formation d'un nouveau gouvernement de transition au Tchad
Le Tchad forme un nouveau gouvernement de transition pour conduire la nouvelle étape de la transition du pays.

Le Tchad forme un nouveau gouvernement de transition pour guider la nouvelle phase de la transition du pays. C’est ce que révèle un décret présidentiel lu mardi par le secrétaire général de la présidence, Mahamat Alhabo, à la télévision publique.

30 ministres et 11 secrétaires d’État

Ce nouveau gouvernement, sous la direction de Succès Masra, nommé lundi, regroupe 41 membres. Il s’agit précisément de trente ministres, dont cinq d’État, et 11 secrétaires d’État. Cependant, plusieurs personnalités conservent leurs responsabilités ministérielles. Parmi celles-ci, figurent Mahamat Saleh Annadif (Affaires étrangères), Amina Priscille Longoh (Femme), ATom Erdimi (Enseignement supérieur), Abdoulmadjid Abderahim (Santé publique). De plus, Dago Yacouba (Armées), Tahir Hamid Nguilin (Finances et Budget), Mahamat Charfadine Margui (Sécurité publique) et Alixe Naïmbaye (Hydrocarbures), gardent également leur portefeuille.

Lire aussi : Référendum au Tchad : l’opposition conteste les résultats

Entrée des anciens ministres

Par ailleurs, il est important de souligner de nouvelles nominations notables. Il s’agit de celle du directeur général des Douanes Ahmat Abdelkérim Ahmat au ministère de l’Industrie et du Commerce. Sur cette liste, se retrouvent aussi des anciens ministres Abderahim Birémé Hamid à la Justice, Louise Ndougonna Mbakasse Riradjim à l’Energie. À ces derniers, s’ajoute Boukar Michel aux Télécommunications et à l’Economie numérique.

M. Masra a mis trois de ses lieutenants à des postes stratégiques. Il s’agit de Ndolembai Sadé Njesada à l’Education nationale et à la Promotion civique, Mahamat Assouyouti Abakar à l’Economie. Le dernier est Sitack Yombatinan Béni, placé au secrétariat d’Etat à la Justice et aux Droits de l’Homme. La dernière étape de la transition se terminera d’ici la fin de cette année par l’organisation d’élections générales et le retour définitif à l’ordre constitutionnel.

Lire aussi : Approbation de la nouvelle constitution au Tchad : vers des élections et le retour d’un régime civil