Ghana : les compagnies aériennes paieront 3 500 $ pour chaque passager non vacciné et non testé

0
640
L'aéroport international ultramoderne de Kotoka, Accra (Ghana)

Le Ghana facturera 3 500 $ aux compagnies aériennes pour chaque passager non vacciné contre la Covid-19. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la stratégie du pays ouest-africain pour éviter une nouvelle vague d’infections. 

Au Ghana, les transporteurs aériens avec des passagers non vaccinés et non testés devront verser une amende de 3 500 $. Cette décision fait partie des nouvelles directives de voyage du pays, rendues publiques ce weekend. Elles entreront en vigueur à compter de ce mardi.

Selon le document, les étrangers non vaccinés peuvent se voir refuser l’entrée dans le pays et être renvoyés aux frais de la compagnie aérienne. Les ressortissants ghanéens seront autorisés à entrer, mais devront subir 14 jours de quarantaine obligatoire.

Lire aussi : Afrique : l’insuffisance des vaccinations facilite la propagation de la Covid-19, selon l’OMS

Limiter la propagation d’Omicron

Ces mesures interviennent alors que les dirigeants du monde entier renforcent les restrictions concernant les voyages. L’objectif est d’empêcher la propagation du variant Omicron, désormais présent dans le monde entier.  

Au Ghana, les premiers cas d’infection au variant ont été annoncés le 1er décembre, en même temps qu’au Nigéria . Selon les autorités ghanéennes, il aurait été détecté chez des voyageurs en provenance du Nigeria et d’Afrique du Sud. Depuis, le pays adopte des restrictions de plus en plus strictes pour contenir la propagation du variant.

Dans le reste du monde, le variant Omicron semble gagner du terrain. Des cas sans rapport direct avec l’Afrique australe ont été annoncés dans des pays tels que l’Allemagne et les Pays-Bas. Par ailleurs, un sous-variant d’Omicron a été détecté pour la première fois en Australie, la semaine dernière.