Ghana : les entreprises GSM veulent réduire les frais de transfert d’argent mobile de 25%

0
742
Ken Ofori-Atta, ministre ghanéen des Finances

Les entreprises de télécommunications du Ghana ont proposé de réduire les frais de transfert d’argent mobile de 25 %. Le but visé est de soulager les citoyens face à l’introduction d’une taxe (E-Levy) de 1,75 % sur les transactions. 

Le ministre ghanéen des Finances, Ken Ofori-Atta a annoncé que les entreprises GSM veulent réduire les frais de transfert d’argent mobile de 25 %. Cette décision viserait à limiter l’impact de l’E-Levy sur les consommateurs.

En effet, le 17 novembre 2021, le ministre des Finances a annoncé l’introduction d’un « prélèvement sur les transactions électroniques » de 1,75 %. Cette taxe frappe les transactions au-dessus de 100 GHs (16 USD) par jour à compter du 1er février 2022. Elle sera appliquée aux paiements par mobile money, aux virements bancaires, aux paiements des commerçants et aux envois de fonds entrants. 

Tous les frais seront à la charge de l’expéditeur sauf dans le cas des transferts entrants où les frais seront à la charge du destinataire. Le ministre a déclaré que l’E-Levy était un outil nécessaire pour augmenter le ratio fiscal/intérieur brut du pays d’environ 13 % à 16 %. 

Lire aussi : Ghana : le président annonce une augmentation de 7 % du salaire des fonctionnaires

Des négociations en cours…

« Après de longues consultations, le prélèvement électronique sera à nouveau soumis au Parlement ce mois-ci. Nous sommes impatients de nous associer aux députés pour approuver l’E-Levy sur une base consensuelle ». C’est ce qu’a déclaré M. Ofori-Atta.

Il a ajouté que le ministère des Finances avait eu des consultations sur l’E-Levy avec les banques et la Chambre des télécommunications, des organisations de la société civile. Ces consultations ont eu lieu après la présentation du budget 2022 au Parlement. Le gouvernement serait donc prêt à approuver une réduction de 25 % des frais de transfert d’argent mobile de la part des réseaux GSM.